Avis de tempête dans les relations américano-libanaises ! 

La diplomatie libanaise convoque ce lundi l’ambassadrice américaine à Beyrouth. Un geste inhabituel qui intervient après que la diplomate US aie tenu des propos jugés virulents et insultants envers le Hezbollah, ce qui a diligenté, par ailleurs, une injonction controversée par un juge local. Cette convocation intervient à l’heure où les relations américano-libanais traversent une grande turbulence imputée, elle, aux initiatives prises par les Américains pour couler l’économie libanaise en asséchant le marché des dollars. 

0 5 447
Avis de tempête dans les relations américano-libanaises ! 

C’est avec retard que le gouvernement libanais à réagi. « Le ministre des Affaires étrangères Nassif Hitti a convoqué l’ambassadrice américaine Dorothy Shea demain (lundi) à 15H00 (12H00 GMT) à la lumière de ses récentes déclarations », a indiqué l’agence de presse ANI. Pour nombre d’observateurs, la réaction aurait pu être immédiate. Mais mieux vaut tard que jamais, laisse-t-on entendre.

Mais pourquoi charge-t-on la diplomate US qui aurait de la famille en Israël, y compris dans les rangs de l’armée israélienne ? Tout ce ramdam est intervenu à l’issue d’un entretien accordé vendredi par la diplomate US à la chaîne de télévision saoudienne Al-Hadath. D. Shea a fait part des « graves inquiétudes » de Washington « sur le rôle du Hezbollah, une organisation terroriste ».

Plus, devait-elle ajouter, le mouvement chiite a « siphonné des milliards de dollars qui auraient dû aller dans les coffres du gouvernement (…) et entravé certaines réformes économiques dont le Liban a désespérément besoin », alors que le pays est en proie à sa pire crise économique depuis environ 30 ans.

Samedi, un juge des référés dans la ville de Tyr (sud), Mohamad Mazeh, a décidé d’interdire, sous peine de sanctions, aux médias libanais et étrangers travaillant au Liban d’interviewer, durant un an, D. Shea,  décision  aussitôt saluée par le Hezbollah. Les autorités libanaises doivent « prendre des mesures immédiates pour contraindre cette ambassadrice à respecter le droit international », a exhorté dimanche Hassan Fadlallah, député du puissant parti chiite, faisant référence à la convention de Genève sur les relations diplomatiques.

Le jugement rendu par M. Mazeh a également suscité une levée de boucliers parmi les médias et sur les réseaux sociaux, certains y voyant une pression politique sur la justice et une atteinte à la liberté d’expression. Une source judiciaire a indiqué à l’AFP que M. Mazeh avait « dépassé ses prérogatives ». La ministre libanaise de l’Information Manal Abdel Samad a de son côté souligné la nécessité de veiller à la liberté de la presse.Mais rien n’a été entrepris à l’encontre du juge qui assure qu’il n’hésiterait nullement à rééditer la même initiative à l’encontre de quiconque diplomate outrepasserait ses droits sur le sol libanais. Le juge M. Mazeh a menacé dimanche de démissionner s’il venait à être déféré devant l’inspection judiciaire, après des informations en ce sens relayées par des médias locaux.

Pour le département d’Etat américain, il s’agit d’une tentative « pathétique » de « censure » de la part du Hezbollah.

Cet incident intervient dans un contexte de tensions croissantes entre Washington et le Hezbollah dont le leader charismatique Hassan Nasrallah  a récemment accusé les Etats-Unis de chercher à provoquer une famine au Liban et d’interdire l’afflux de dollars, monnaie sur laquelle est indexée la livre libanaise. Mais pas que… En effet, Israël vient aussi de décider de procéder au forages dans les eaux méditerranéennes alors que la délimitation des frontières maritimes est toujours en suspens. L’affaire est donc entendu dès lors que l’on sait que l’affaiblissement du Liban ne profiterait in fine qu’à Israël qui est à la veille du lancement d’une grande opération d’annexions en Cisjordanie et dans la vallée du Jourdain dans le cadre du fameux «Deal du siècle». Deal rejeté par le gouvernement libanais et fustigé par le Hezbollah…

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus