Bahrein sous tension: Peines de mort et colère populaire

0
Mais qu’est-ce qui se passe dans le Royaume de Bahrein où les principales artères dans diverses villes se sont transformées, depuis quelques jours, en autant de scènes de contestation? Tout a commencé lorsque trois Bahreïniens de confession chiite, condamnés à mort pour un attentat ayant coûté la vie en 2014 à trois policiers (dont un soldat émirati), ont été exécutés tôt dimanche 15 janvier, a annoncé le parquet de la capitale, Manama,. La sentence a été appliquée par un peloton d’exécution.
Lundi dernier, la Cour de cassation avait confirmé trois condamnations à mort et sept peines de prison à vie pour les membres d’un groupe, reconnus coupables du meurtre de trois policiers, dans un attentat à la bombe en mars 2014.
C’était la première fois qu’un membre des forces de sécurité d’un autre pays du Golfe était tué à Bahreïn, où des militaires et des policiers d’Etats voisins se sont déployés en 2011 en soutien à la monarchie face à la contestation animée par la majorité chiite. Depuis, la répression s’est intensifiée.
Un policier a été blessé tard samedi lorsqu’une patrouille a essuyé des tirs de « plusieurs individus » à Bani Jamra, à l’ouest de la capitale Manama, a déclaré le ministère de l’intérieur, en dénonçant un « acte terroriste ».

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus