Basket-ball : le désordre d’une fédération

0 104
La Fédération Royale Marocaine de Basket-ball n’est pas encore sortie des sentiers battus. Sa restructuration sur des bases saines tarde toujours à voir le jour. Le ministère de la Jeunesse et des Sports en assume une grande responsabilité. Décryptage concis d’une gestion chaotique d’une fédération qui gère une discipline, considérée comme le deuxième sport collectif au Maroc.
 
Après l’adoption de nouveaux statuts un certain 9 décembre 2012, on croyait qu’on allait élire une équipe capable de gérer la FRMBB à bon escient. Mais on a tout fait pour que cette Assemblée Générale Elective n’ait pas lieu durant toute l’année 2013. Objectif : évincer le Dr Fouad Amar, très soutenu par la majorité des représentants de clubs. Et c’est le ministère de la Jeunesse et des Sports du temps d’un certain Mohammed Ouzzine qui avait magouillé en désignant illégalement un Comité Provisoire pour s’acoquiner de certains dirigeants du CNOM. Un Comité Provisoire, composé de bureaucrates du MJS, qui avait même annulé les statuts pour imposer d’autres, taillés sur mesure. On se rappelle que la refonte statutaire et l’élection de l’actuel Comité Directeur Fédéral s’étaient faites sans l’accord de la FIBA (Fédération Internationale de Basket-ball). Cette dernière avait suspendu la FRMBB à cause de l’ingérence du ministère de la Jeunesse et des Sports.
 
« La levée de la suspension par la FIBA, lors du congrès extraordinaire en mars 2014, était votée pourvu que l’actuel Comité Directeur de la FRMBB procède à un amendement des statuts pour les mettre en conformité avec les statuts de la FIBA. Chose qui a été faite mais tardivement lors d’une Assemblée Générale Extraordinaire qui ne porte que le nom. Car les vrais amendements qui devraient être opérés ont été altérés et esquivés pour qu’il n’y ait pas d’assemblée générale élective du fait que le mandat de l’actuel Président avait pris fin en octobre 2014. Il est aussi question de validation de statuts par la FIBA qui n’est pas encore intervenue et qui n’a pas validé les amendements », nous a déclaré Abdelouhed Boulaich, un des protagonistes de la balle orange marocaine et président de l’Ittihad Riadi de Tanger. Et d’ajouter : « La réforme des statuts voire des règlements généraux est incontournable. C’est pour corréler responsabilité et reddition des comptes, assurer la représentativité des ligues régionales au sein du Comité Directeur Fédéral et garantir l’élection et l’indépendance des organes d’arbitrage et de discipline ».
Aujourd’hui, la FRMBB est dans l’impasse. Un tollé de dossiers est devant la justice. Même le trésorier Général, Mustapha Jdayni, a esté en justice Mustapha Aourache, président du Comité Directeur Fédéral. Le basket-ball régresse et son développement nécessite des profils professionnels rompus à la gouvernance moderne du sport. Les vrais acteurs du basket-national enterrent leurs séquelles atrocement et dénoncent même l’ingérence d’un certain Alphonse Bilé, secrétaire général de la FIBA-Afrique, qui feint d’oublier qu’ « entre l’arbre et l’écorce, il ne faut jamais mettre le doigt ».

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus