Boco Haram toujours actif au Nigéria: L’arme des kamikazes

0
Trois kamikazes, un homme et deux femmes, ont tué quatre personnes dans une localité proche de la ville de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, rapporte la police. Ils ont fait sauter leurs charges explosives samedi soir dans le village d’Umariri, quand un membre d’une milice pro-gouvernementale a tenté de les interroger. Ce dernier, ainsi qu’une femme et ses deux enfants ont été tués. Déclarée « terrassée et battue » par l’armée nigériane, la branche ouest-africaine de l’Etat islamique multiplie les attaques depuis ce début d’année 2017. Le groupe terroriste Boco Haram, lié à Daech, refuse de s’avouer vaincu. Les factions dirigées par Abubakar Shekau et Abu Musab al-Barnawi persistent sur leur lancée criminelle.
Près de 15 attaques dans le Borno ont eu lieu depuis début 2017. La capitale de l’Etat, Maiduguri, et ses villages périphériques ont été ciblés via des attentats à la bombe visant les civils.
L’armée et la police nigériane, mais aussi les civils volontaires ont payé un lourd tribut à ces récentes attaques. La dispersion des membres de Boko Haram depuis la défaite de Sambisa, leur fief, rend difficile les opérations de contrôle dans Borno. C’est à partir de positions indétectables qu’ils envoient par grappe des hommes mais surtout des femmes portant des engins explosifs frapper des lieux stratégiques.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus