Boko Haram frappe au Niger : Le djihadisme reste tentaculaire en Afrique

0
Les informations en provenance du Niger en début de semaine laissent augurer que le spectre de Boko Haram est loin d’avoir disparu de la région du Lac Tchad. Au moins deux soldats ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche lors d’une attaque du groupe Boko Haram contre l’armée nigérienne dans le sud-est du pays. Cette attaque intervient une semaine après la reddition d’une trentaine de combattants islamistes.
« C’est une attaque surprise des terroristes de Boko Haram qui a fait deux morts parmi nos soldats ainsi que plusieurs blessés », précise une source sécuritaire. D’après elle, « une dizaine de combattants » du groupe islamiste auraient également trouvé la mort lors de l’attaque.
Selon la télévision locale, cette attaque a ciblé des positions de l’armée à Baroua, une localité de la région de Diffa, à proximité de la frontière avec le Nigeria. S’agit-il d’une surprise ? En tout cas, les affirmations de Mohamed Bazoum, ministre nigérien de l’Intérieur soutiennent le contraire. En déplacement la semaine dernière dans cette zone du sud-est du pays, il avait souligné « l’existence d’éléments nuisibles » de Boko Haram dans la région du lac Tchad même si les insurgés islamistes étaient « totalement en déperdition » depuis le mois de juillet, avait-il assuré.
A rappeler que dans son message de vœux à la nation diffusé samedi soir, le président nigérien Mahamadou Issoufou a lancé « un appel à tous ceux qui se sont laissés entraîner dans la voie de l’égarement par Boko Haram », les encourageant à « se ressaisir et [à] déposer les armes ».

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus