Boko Haram dans le viseur d’une coalition militaire

Le Niger et le Tchad s’apprêtent à lancer, en coordination avec le Nigeria et le Cameroun, une contre-offensive visant Boko Harama qui avait mené, il y a une semaine, un raid meurtrier sur la ville de Bosso.
Depuis l’attaque de vendredi dernier des renforts arrivent dans la zone, des forces spéciales du nord du pays et de l’intérieur convergent sur Bosso. La stratégie dévoilée par le ministre nigérien de la Défense consiste à porter le combat au nord du Nigeria, dans le bastion des insurgés. Là où les forces négerianes avaient déserté le terrain après le reprise de plusieurs villes à Boko Haram. Les insurgés étaient alors rapidement revenus dans leurs fiefs du nord-est nigérian, une région d’où ils continuent de lancer des attaques sanglantes dans les zones frontalières. Cette fois-ci, a prévenu le ministre nigérien de la Défense, « quand nous irons avec l’armée tchadienne, nous ne reviendrons plus. »
Pour Hassoumi Massaoudou, il faut donc que les troupes nigériennes et tchadiennes « occupent » le nord du Nigeria, pour former un cordon de protection qui permettra de sécuriser les populations des zones frontalières. Le Nigeria lancera, de son côté, un mouvement depuis le sud, et le Cameroun depuis le flan est pour prendre les insurgés en tenaille.
Cette offensive conjointe se fera sous le commandement de la force mixte des pays riverains du lac Tchad dirigée par le général nigérian Lamidi Adeosun.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus