BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA: 2014 AU VERT !

0 83

Fini la période des vaches maigres !2014 fut l’année du rebond de la bourse de Casablanca. Après 3 ans dans le rouge, la place casablancaise s’est replacé en territoire vert en clôturant avec une hausse de +5,55% à 9 620,11pts pour le MASI et de +5,73% à 7 842,76pts pour le MADEX.A ce titre, la valorisation globale du marché se situe à 484,4 Mrds Dhsen bonification de 33,33 Mrds Dhs, soit une amélioration de +7,39% en comparaison avec le 31 décembre 2013.Ce comportement positif trouve son origine dans les évolutions contrastées des secteurs phares de la cote, à savoir : « Banques », «Télécommunications », « Bâtiments & Matériaux de Construction » et « Immobilier ». Ces quatre secteurs canalisent, conjointement, près de 65% de la capitalisation flottante totale avec des poids respectifs de 37,86%, 17,77%, 13,15% et 9,18%.A ce niveau, il y’a lieu de noter la contribution négative de la filière « Immobilier » qui a terminé l’exercice 2014 en forte décroissance (moins 28,46%). Au palmarès des variations sectorielles, 15 secteurs sur 22 ont clôturé l’année 2014 sur des fluctuations positives. Il en va ainsi de l’indice « Transport » qui a clôturé l’année sur une performance non négligeable de 48,33%. De son côté, la branche « Ingénierie & biens d’équipements ind. » occupe la 2ème position avec une progression de 43,62%. Performance redevable à ses deux titres Stroc industries et Delattre Levivier Maroc dont les cours ont enregistré une appréciation YTD de +106,67% et 17,76%, respectivement. En 3ème rang, se trouve la filière « Sylviculture & Papier » qui a clôturé l’année 2014 sur une hausse de +42,76% attribuable au bon comportement de son unique valeur Med Paper. Rappelons que l’ex Papelera de Tétouan a bénéficié, en 2014, de l’application provisoire d’un droit antidumping de 10,6% sur les importations de papier A4 en provenance du Portugal.
A contrario, l’indice « Immobilier » accuse la plus forte baisse annuellesuite aux pertes accusées par l’ensemble des valeurs cotées et ce malgré l’arrivée d’une nouvelle recrue en décembre 2014 dont le cours n’a pas hésité à perdre 8,14% de son prix d’introduction. En revanche, la plus forte baisse annuelle a été enregistrée par Alliances avec une contre-performance de 41,9% à 277,9 Dhs suite à une rumeur liée aux difficultés rencontrées par son activité construction. Dans une moindre mesure, on trouve le secteur des « Mines» qui s’effrite de 15,91% en raison des contre-performances enregistrées par la totalité de ses titres. En effet la branche a pâti de la baisse drastique des cours de certains métaux à l’échelle internationale. Par ailleurs, la filière « Sociétés de financement» lâche 10,16 % marquée, principalement, par le retrait de ses quatre valeurs EQDOM (-18,88%), Axa Credit(-11,95%), Maroc Leasing (-10,0%) et Taslif (-5,49%). Le secteur souffre de la décélération continue de la croissance des crédits et de la montée en force des créances en souffrance.
Dans ce contexte, la place boursière casablancaise n’a retrouvé des couleurs que grâce à la performance notée par la quasi-totalité des grandes capitalisations, telles que : Holcim (+30,41%), Lafarge ciments (+23,65%), Wafa assurance (+20,70%), IAM (+18,54%) et Attijariwafabank(+12,79%). Ces cinq valeurs ont contribué, à hauteur de +7,81% dans le gain amassé par le marché au titre de l’exercice 2014.

Horizon clair
Se limitant à seulement 39,41 Mrds Dhs, le volume global transigé sur le marché Actions au titre de l’exercice 2014, ressort en dégradation de près de 19% par rapport au flux transactionnel traité en 2013. Le compartiment central s’accapare, à lui seul,70,02% de l’ensemble des échanges. Par compartiment, le volume du marché central totalise 27,59 Mrds Dhs, en légère appréciation de 4,33% comparativement à l’année 2013. Dans ce sens, les valeurs Attijariwafabank, Addoha, BMCE Banket IAM canalisent, conjointement, près de 49% des transactions. Ces quatre valeurs raflent respectivement des volumes de 5,64 Mrds Dhs, 3,09 Mrds Dhs, 2,44 Mrds Dhset 2,34 Mrds Dhs,Par ailleurs, le marché de gré à gré accuse une forte régression de 46,53% pour s’établir à, seulement, 11,82 Mrds Dhsen 2014, contre 22,10 Mrds Dhsune année auparavant. Dans ces conditions, près de 60% des échanges ont été raflés par le trio Centrale laitière, BCP et Cosumar.
Pour l’année 2015, les indices de la BVC devraient poursuivre sur leur lancée et ce, tenant compte de plusieurs facteurs à commencer par la baisse du taux directeur par BAM à 2,5% qui devrait engendrer une baisse du rendement du marché obligataire. Une réorientation qui pourrait se traduire pour un arbitrage en faveur du marché actions. De même, cette baisse devrait relancer la distribution des crédits et donner ainsi un coup de pousse à la croissance économique. D’un autre côté, le repli du cours de pétrole devrait engendrer une optimisation des charges d’exploitation de certaines sociétés cotées, au moment même où les prémisses d’une campagne agricole favorable devant impacter positivement l’économie et catalyser la consommation. La relance des investissements publics, telle que prévue dans la loi des finances 2015, devrait aussi redynamiser certains secteurs cotés… Et, cerise sur le gâteau, l’introduction en bourse de deux valeurs Marsa Maroc et Total Maroc, en plus de la cession de la participation de SNI dans le capital de Cosumar et Centrale Laitière devraient maintenir les fluctuations des indices de la place sur un rythme positif. Voilà qui rendra plus liquide un marché demandeur.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus