Brahim Zniber n’est plus : Le capitaine d’industrie à l’âme paysanne est mort à Meknès

0 64
La famille Zniber, petite et grande, est en deuil depuis l’annonce de la mort de Haj Brahim survenue dans la nuit du 29 au 30 septembre, après une longue maladie. L’homme d’affaires marocain qui affectionne particulièrement la richesse du terroir était avant tout un agriculteur dans l’âme. Ce « self made-man » qui a assis sa fortune grâce à l’essor de la viticulture dans la région de Meknès, est devenu grâce à la persévérance qui anime tout agriculteur marocain qui croise les doigts le regard tourné vers le ciel et sa clémence, le premier producteur de vin du Maroc, contrôlant au passage près de 85 % du marché des vins consommés au Maroc. L’enfant de Salé qui tenait ses comptes dans des cahiers d’écolier aux pages noircies de citations (en restera-t-il quelque chose ?) a laissé derrière lui un empire financier qui va de l’agriculture bio à l’industrie textile. Mais il a surtout laissé de bons souvenirs parmi tous les visiteurs du Château de Ghozlane qui fait honneur au chai marocain ultrasophistiqué et à son fondateur. Intarissable lorsqu’il le débat revient à la question agraire. Aussi généreux que les Coteaux de l’Atlas, Haj Brahim que seul l’âge a fini par diminuer (il a failli être centenaire) a fini par céder la gestion de son empire à Ghita Zniber, femme d’affaires de talent connue aussi pour son altruisme… Nous sommes terre et à elle nous retournons. Paix à son âme.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus