Au Brésil, les affaires se suivent et accablent les proches de Temer

0 90
Tout porte à croire que le cycle de l’instabilité politique ouvert au Brésil est loin d’être achevé. Les affaires succèdent aux scnadales. Et le dernier dossier, jugé des plus embarrassants, met en vedette Romero Juca, ministre du Plan, lui-même l’objet d’une enquête, et de surcroit très proche du Président par intérim, Michel Temer. Il est soupçonné d’avoir manœuvré pour tenter d’étouffer l’enquête sur la corruption dans les milieux politiques. Le successeur de Dilma Russef comptait sur lui, à la fois pour épauler le ministre des Finances, Henrique Meirelles, en pleine crise économique, et négocier au corps à corps les mesures d’austérité qui vont être présentées au Congrès. Voilà de quoi relancer les débats sur la classe dirigeante au Brésil engluée dans nombre de scandales qui ont permis au parlement de destituer une Présidente qui bénéficie toujours du soutien du Parti des travailleurs. Il y a lieu de rappeler que l’actuel Président par intérim a déjà nourri la polémique dans ce vaste pays depuis que ses accointances avec la CIA ont été divulgués dans des cables de Wikileaks..

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus