Bruxelles atteinte par le chaos Daech

0 75

34 morts et 200 blessés au moins !

 Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que le double attentat qui, dans la matinée, a ensanglanté Bruxelles (d’abord à l’aéroport, au départ d’American Airlines puis ensuite dans le métro, à la sortie qui conduit au QG de l’U.E) soit revendiqué. La terreur a un nom : Daech. Le bilan de ce double attentat, encore provisoire, fait état de 34 morts et de plus de 200 blessés. L’horreur !
Dans les capitales européennes, c’est la consternation et la mise en branle de mesures de contrôle draconiennes. Les messages de sympathie avec le peuple belge fusent. Mais de grandes questions aussi. Car comment se fait-il que les commandos terroristes, des kamikazes, ont-ils pu déjouer la vigilance des services de sécurité qui avaient déployé tout un dispositif, impressionnant, depuis les attentats de Paris… Et les connexions établies entre le drame de Paris et des terroristes logés en Belgique ? Certes, « le niveau 4 », le plus draconien en terme de mesure d’urgence, a été décrété après ce double attentat meurtrier. Mais n’intervient-il pas trop tard alors que les services belges étaient informés (ne serait-ce que par leurs homologues français venus les assister récemment pour l’arrestation de Salah Abdeslam, blessé lors du raid) de l’imminence d’une attaque terroriste ?

Le gouvernement belge devra répondre de tout ça dans les prochains jours. En attendant, c’est la solidarité qui s’exprime, à l’échelle mondiale, avec le peuple belge ainsi meurtri. Ce qui ne doit pas faire oublier que l’enjeu sécuritaire se déroule ailleurs, sur les fronts syrien et irakien, là où Daech n’est pas près de désarmer…

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus