The news is by your side.

Le cahier des charges finalisé, au forceps, pour la place de Casablanca

11
Faisant suite à la première cérémonie officialisant la démutualisation de la Bourse, entérinée en novembre dernier, le ministre des Finances M. Boussaid a réuni l’ensemble des nouveaux actionnaires de la bourse de Casablanca (Banques, Entreprises d’assurances, Sociétés de Bourse, Caisse de Dépôt et de Gestion et Casablanca Finance City Authority) afin de parapher le cahier des charges les liant à l’Etat et qui acte le rôle et les nouvelles missions de cette institution dans un cadre élargi de son actionnariat. Le nouveau cahier des charges est loin de faire l’unanimité, assure-t-on, au sein des principaux partenaires du projet. Les divergences de valorisation relevées en novembre dernier laissent place à d’autres plus profondes puisqu’il s’agit désormais de trouver un consensus sur la feuille de route à adopter pour accompagner cette réforme cruciale de la place casablancaise. D’où le ton maussade du ministre à l’endroit de cette assemblée tiraillée par des intérêts divergents. L’argentier du Royaume, soutenu par les efforts de la CDG, a fini par avoir gain de cause. Cependant, rien ne garantit à cette réforme un passage sans complications surtout que la suite à lui donner sera entre les mains d’un conseil d’administration morcelé. En attendant la suite de ce processus du renouveau de la place, le ministre a exposé les axes majeurs de ce cahier des charges, à commencer par la volonté de mettre en phase les missions de cette institution avec le projet de développement de marché boursier en précisant que la Bourse se dotera d’un nouveau schéma intégré d’organisation afin qu’elle soit érigée en un holding qui gère l’ensemble de l’infrastructure du marché, y compris les entreprises du marché à terme que la Bourse va créer (Société gestionnaire et chambre de compensation). Deuxième axe, l’assignation à l’institution de la Bourse d’un rôle étendu en matière de développement du marché boursier à travers notamment la structuration d’instruments financiers sur le marché boursier et de façon plus globale, l’enrichissement continu de l’offre en produits et services. Troisième axe, le renforcement des règles de bonne gouvernance à travers la nouvelle structure de l’actionnariat qui traduit clairement la volonté d’impliquer dans la définition de la stratégie de développement de la place les principaux intervenants du secteur financier dont les représentants du secteur bancaire, des assurances, des sociétés de bourse, de la Caisse de Dépôt et de Gestion et de Casablanca Finance City. Un comité de suivi auprès de la Bourse chargé de s’assurer de la mise en place des nouvelles infrastructures du marché est attendu. Enfin, le quatrième axe est l’accompagnement du positionnement de Casablanca Finance City en tant que hub financier sur la scène régionale à travers notamment la contribution à la mise en place d’un environnement compétitif pour la cotation des titres étrangers, la diversification des instruments financiers offerts aux investisseurs internationaux.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :