Cannabis thérapeutique: Israël, une plaque tournante…

0
Israël tente de se positionner comme exportateur de pointe sur le marché croissant du cannabis thérapeutique. En effet, le marché mondial, estimé à 50 milliards de dollars d’ici à 2025, aiguise l’appétit du gouvernement israélien qui compte autoriser l’industrie locale à exporter et prévoit des revenus annuels à hauteur de centaines de millions de dollars.
Yuval Landschaft, directeur de l’unité sur le cannabis médical du ministère israélien de la Santé (IMCA) n’a pas froid aux yeux même si le cannabis médical est un secteur relativement jeune, et sans standard clinique universel. Israël ambitionne donc de combler ce vide en combinant son expertise en agriculture, en technologie et en médecine fondée sur l’usage du cannabis, a déclaré
La stratégie est de créer du cannabis adapté à la médecine, avec une qualité et une efficacité assurées tout au long de la chaîne d’approvisionnement, de la culture à la fabrication et la distribution. En Israël, les producteurs autorisés travaillent avec des institutions scientifiques sur des essais cliniques afin de développer des souches de cannabis qui traiteraient plusieurs troubles et maladies. Il y a environ 120 études en cours en Israël, dont des essais cliniques qui étudient les effets du cannabis sur l’autisme, le psoriasis et les acouphènes. Plus de 500 compagnies israéliennes ont demandé une licence pour la culture, la fabrication et l’exportation de cannabis médical, selon des responsables gouvernementaux.
L’année dernière, les États-Unis et plusieurs firmes ont investi environ 100 millions de dollars pour autoriser les brevets israéliens sur le cannabis thérapeutique, les start-up d’agrotechnologie et les firmes développant des équipements, comme les inhalateurs, a dit Saul Kaye, directeur général d’iCAN, un centre de recherches privé sur le cannabis. S. Kaye s’attend à ce que l’investissement dans ce domaine soit multiplié par dix et atteigne 1 milliard de dollars au cours des deux années à venir.
Tikun Olam, le plus grand producteur de cannabis médical en Israël, a créé des partenariats avec des compagnies américaines pour cultiver du cannabis dans quatre États américains, selon son directeur général, Aharon Lutzky. Le marché américain est le plus important pour l’instant, et il devrait dépasser les 20 milliards de dollars d’ici à 2020. Mais importer du cannabis aux États-Unis est illégal au regard de la loi fédérale. Le seul moyen de contourner cette interdiction est de recevoir l’approbation de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA). Le médicament Epidiolex du groupe britannique GW Pharmaceuticals, un médicament expérimental à base de cannabis pour traiter l’épilepsie, pourrait être le premier à recevoir cette autorisation. La reconnaissance croissante du cannabis médical crée des opportunités dans plusieurs pays, notamment ceux qui ont légalisé le cannabis thérapeutique sans pour autant développer des infrastructures pour son exploitation. Le Canada, par exemple, exporte du cannabis vers l’Australie, la Croatie et le Chili.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus