Carnage à Nice: des Marocains à déplorer

0 80
Le dernier bilan du carnage qui s’est déroulé à Nice, sur la Promenade des Anglais, haut lieu touristique, est de 84 morts, dont 10 enfants et adolescents, 202 blessés, 52 en état d’urgence absolue et 25 en réanimation. C’est le procureur de Paris, François Molins, qui a établi vendredi 15 juillet à 17h le bilan de l’attaque menée par Mohamed Lahouaiej Bouhel (français d’origine tunisienne) à bord d’un camion (18 tonnes) lancé dans une course folle sur 2 km. On déplore des Marocains dans cette attaque terroriste attribuée à Daech. Le modus operandi de ce loup solitaire est jugé désormais « traditionnel » par les spécialistes dans les affaires sécuritaires. La France qui devait opérer la levée de l’état-d’urgence, comme annoncé par François Hollande lors de la causerie du 14 juillet sursoit à une telle décision. Et étend l’état-d’urgence dans le temps pour un trimestre supplémentaire. Des réservistes ont été rappelés pour permettre aux forces de sécurité mobilisées depuis les attentats de Paris de souffler. L’hôte de l’Elysée a précisé que la France n’était pas à l’abri d’autres attentats terroristes. Tout en s’engagaeant à s’investir davantage dans la lutte anti-Daech en Irak et en Syrie. Le porte avions Charles de Gaulle devrait être opérationnel dans la zone proche-oriental dès l’automne. En attedant, force est de souligner que les spécialistes français restent inquiets. Selon les services de renseignement français, rien qu’à Paris et sa couronne, on estime à 15.000 le nombre de sympathisants de l’Etat islamique, ce qui en dit long sur l’importance de la menace à laquelle nous sommes confrontés. Autre chiffre, une page Facebook francophone de l’EI (qui a d’ailleurs été désactivée la nuit qui a suivi l’attentat de Nice) comptait 11300 abonnés et était active depuis sept 2015.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus