Gouvernement

Casablanca sous les eaux : L’Intérieur dépêche une « task force » dans la métropole

Au cours des 72 dernières heures, Casablanca s’acquitte d’un lourd tribut face aux intempéries. Ainsi, 3 morts sont à déplorer dans l’effondrement, sous le coup des pluies, d’un pâté de maisons vétustes à Derb Moulay Cherif, à Hay Mohammadi. Mais au-delà de ce drame qui aurait pu être évité, les inondations qui ont bloqué des voies de communication stratégiques dans la capitale économique, ont aussi causé d’importants dégâts matériels. Aucun membre de l’Exécutif, la ministre de l’Habita en tête,…

A cause de la pandémie, les Habous ont abandonné les droits de bail

Le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a apporté plusieurs éclairages lors de la séance des questions orales, lundi, à la Chambre des représentants. Il a entre autres, précisé qu’un total de 54.665 locataires des locaux des Habous ont été exonérés des droits de bail durant la période de confinement.

A quoi ressemblera la politique dédiée à la jeunesse ?

Othman El Ferdaous, ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, a indiqué, lundi à Rabat, que son département est en train de réfléchir à la création d’une commission interministérielle pour la mise en œuvre territoriale de la politique et de la stratégie sectorielle relative à la jeunesse.

Les enjeux électoraux exposés par l’Intérieur

La réussite des prochaines échéances électorales représente un défi pour le ministère de l’Intérieur et les acteurs politiques, en ce sens qu’elles sont la voie pour faire émerger des institutions capables de concrétiser les objectifs stratégiques escomptés, a affirmé mardi à Rabat Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur.

Régularisation partielle de la situation des infirmiers et techniciens de la santé 

La Direction des ressources humaines du ministère de la Santé a fourni ce vendredi 16 octobre des éclaircissements sur l’intégration dans le grade tant attendu, des infirmières et des techniciens de santé du secteur public. Mais ces derniers restent sur leur faim. Le mouvement des infirmiers et techniciens de santé du Maroc (MITSM) considère que la tutelle n’a fait que régulariser une situation qui date. Le cahier revendicatif qui a évolué depuis 2017 est, lui, ignoré par la tutelle. 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus