The news is by your side.

Une cellule de Daech démantelée en France : Un marocain de la partie

12
Les interpellations menées ce week-end à Strasbourg et Marseille ont sans doute permis de déjouer plusieurs attentats d’ampleur à Paris et dans la cité phocéenne. Les sept personnes en garde-à-vue dans les locaux de la DGSI (les renseignements intérieurs), étaient sur le point de passer à l’acte, même si aucune cible précise, à ce stade, n’a pu être mise à jour. Agées de 29 à 37 ans, les prévenus sont de nationalités française, marocaine et afghane.
A Strasbourg, plusieurs armes ont été retrouvées lors des perquisitions, dont un pistolet-mitrailleur de type Uzi et quatre pistolets automatiques ainsi que des munitions. Des documents d’allégeance à l’organisation Etat islamique ont également été saisis. Ces nouvelles interpellations sont en lien, assure le ministre de l’Intérieur, avec cinq arrestations remontant au mois de juin dernier, intervenues juste avant le début de l’Euro. L’enquête a été menée par la DGSI, avec le soutien technique de la Siat (Service interministériel d’assistance technique), spécialisé notamment dans l’infiltration.
Les services de renseignement, alertés d’un début de projet d’attentat contre l’Euro 2016, a réussi à identifier un groupe de cinq personnes, des hommes résidant en région parisienne, en contact avec un cadre de Daech. Ils sont identifiés par les services comme les « financiers » d’un projet de grande ampleur, qui pourrait viser les fan zones ou les matchs de foot. Ils sont donc mis à l’ombre pour ne pas courir de risques. Sur les cinq personnes interpellées, deux sont mis en examen, déferrées, et se trouvent toujours en prison. Place donc au Plan B qui consiste à mettre le grappin sur le « Syrien ». Tendu, le piège a fonctionné en permettant l’identification d’un réseau à Strasbourg et d’un relais à Marseille. Une enquête préliminaire est ouverte le 14 novembre dernier par la section antiterroriste du parquet de Paris, et sept personnes sont donc interpellées.
A Marseille, les enquêteurs pensent avoir arrêté les « banquiers ». De l’argent a été saisi mais aucune arme n’a été retrouvée. Le groupe de Strasbourg était lui potentiellement opérationnel. Six étaient inconnus sur l’Hexagone, et l’homme de nationalité marocaine, résidant au Portugal et de passage à Marseille, était connu des services portugais.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :