Ces arbres qu’on abat et ces militants qu’on tue !

Difficile de faire entendre raison aux intérêts qui tirent leurs profits de la dégradation des milieux naturels. Au moins 212 défenseurs de l’environnement ont été tués en 2019, un nouveau record, rapporte Global Witness. 

0 5 623
Ces arbres qu’on abat par temps et ces militants qu’on tue !

« A une période où nous avons particulièrement besoin de protéger la planète contre les industries destructrices et émettrices de CO2, les meurtres de défenseurs de l’environnement et des terres n’ont jamais été aussi nombreux » depuis le début du décompte, en 2012, constate l’ONG britannique. Le bilan annuel publié mercredi 29 juillet surpasse le précédent record de 2017 où 207 morts avaient été enregistrées. Et comme chaque année, « nos chiffres sont presque certainement sous-évalués », avertit Global Witness.

En 2019, la moitié des meurtres se sont produits dans seulement deux pays : la Colombie, qui avec 64 victimes se classe largement en tête dans une Amérique latine qui représente deux tiers de ce décompte macabre, et les Philippines, avec 43 morts.

Dans les deux pays, comme dans le reste du monde, les représentants des peuples autochtones (40 % des tués en 2019) qui vivent au plus près de la nature « subissent un risque disproportionné de représailles » lorsqu’ils se battent pour défendre « leurs terres ancestrales ». Par exemple aux Philippines, Datu Kaylo Bontolan, leader du peuple Manobo, a été tué lors d’un bombardement aérien en avril 2019 alors qu’il luttait avec sa communauté contre un projet minier.

Les mines sont d’ailleurs le secteur le plus meurtrier pour les défenseurs de l’environnement (50 morts). En Colombie, Francia Marquez, militante écologique et leader communautaire noire, a failli perdre la vie en défendant l’eau contre les exploitations minières dans le sud-ouest du pays. Elle a échappé de peu à un attentat à la grenade l’an dernier, doublé d’une fusillade sur une route du Cauca, quelques mois après avoir reçu le prix Goldman 2018, considéré comme le Nobel de l’environnement.

L’agro-industrie arrive ensuite, avec 34 militants tués en s’opposant à des exploitations d’huile de palme, de sucre ou de fruits tropicaux, en grande partie en Asie. Le combat contre l’exploitation forestière a de son côté fait 24 victimes, une augmentation de 85 % par rapport à 2018, alors que les forêts sont primordiales dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Global Witness relève aussi que 33 militants ont été tués en Amazonie (en grande majorité au Brésil), luttant contre la déforestation entraînée notamment par des grands projets miniers et agricoles. Mais défendre la forêt peut aussi coûter la vie en Europe, continent aussi affecté par les meurtres de défenseurs de l’environnement. Ainsi en Roumanie, où l’une des plus importantes forêts primaires d’Europe est victime d’exploitation sauvage, le garde forestier Liviu Pop a été abattu en octobre après avoir surpris des bûcherons illégaux. Un mois plus tôt, un autre était tué d’un coup de hache à la tête.

Quant aux auteurs des violences, même si « l’impunité et la corruption généralisée » rendent difficile leur identification, le rapport accuse le crime organisé, les gangs locaux, des organisations paramilitaires, voire les forces de sécurité officielles à qui sont attribuées 37 des morts de 2019.

« De nombreuses violations des droits de l’homme et de l’environnement sont générées par l’exploitation des ressources naturelles et la corruption du système politique et économique mondial », a dénoncé Rachel Cox, de Global Witness, qui note que les entreprises responsables sont les mêmes qui « nous entraînent vers un changement climatique incontrôlable »« Si nous voulons vraiment une relance verte qui place au centre la sécurité, la santé et le bien-être de la population, nous devons nous attaquer aux racines des attaques contre les militants et suivre leur exemple pour protéger l’environnement et freiner la crise climatique », a-t-elle insisté. Mais l’ONG souligne au contraire une « intensification des problèmes » : « Les gouvernements à travers la planète, des Etats-Unis au Brésil ou à la Colombie et aux Philippines, ont utilisé la crise [liée au coronavirus] pour durcir les mesures draconiennes pour contrôler les citoyens et revenir sur des règles environnementales durement acquises. »

L’ONG dénonce aussi le recours à des « tactiques allant des campagnes de calomnies à des poursuites fallacieuses pour réduire au silence ceux qui se battent pour le climat et la survie de l’humanité », accusés parfois d’être des « criminels » ou des « terroristes ». Quant aux femmes, qui représentent 10 % des morts, elles font parfois l’objet de violences sexuelles.

Global Witness se réjouit des quelques victoires remportées par ces militants « courageux »« preuve de leur ténacité ». Comme celle des Indiens waorani, en Amazonie équatorienne, où la justice a suspendu l’entrée sur leurs terres ancestrales de l’industrie pétrolière. « C’est pour nos forêts et pour les futures générations. Et c’est pour le monde entier », insistait alors Nemonte Nenquimo, une de leurs leaders. Mais le gouvernement a fait appel.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus