Changement climatique : Le plaidoyer de Mezouar à New York

Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, a appelé depuis New York à la mise en place d’une plate-forme regroupant les différents centres d’excellence et initiatives lancées au niveau internationale pour assurer une lutte efficace contre le changement climatique.
« Beaucoup d’initiatives sont lancées à travers le monde, et il s’agit aujourd’hui de trouver une cohérence d’ensemble et mettre en place des plateformes de partage d’expérience et d’expertise », a affirmé S. Mezouar, qui s’exprimait lors d’une réunion sur les centres d’excellence dans le domaine climatique, tenue en marge de la 71è session de l’Assemblée générale de l’ONU.
Cette plateforme permettra, a-t-il expliqué, de créer des synergies, afin d’utiliser, optimiser et le plus possible généraliser la base des centres d’excellences qui existent aujourd’hui dans plusieurs parties du monde. Cette plate-forme facilitera la mise en réseau des centres de renforcement des capacités en changements climatiques, et le travail des différents think tanks déjà créés dans plusieurs pays du sud et du nord. Elle contribuera à sensibiliser les décideurs sur les changements climatiques à assurer la planification stratégique et la structuration des projets, et aidera à mettre en oeuvre ces projets, a souligné S. Mezouar, qui est Président de la COP22.
Il a souligné la nécessité de renforcer la coopération sud-sud, assurant que le Maroc est disposé à partager son expérience et son expertise, « notamment dans les domaines dans lesquels nous avons réalisé des avancées concrètes, comme les énergies renouvelables, les questions en relation avec la sécurité alimentaire, et celles qui touchent les problématiques des pays en développement ».
S. Mezouar a affirmé que la COP22 poursuivra ses efforts en plaçant le renforcement des compétences au rang des priorités, et visera également à opérationnaliser le Comité de Paris par l’adoption de ses termes de référence et de son programme de travail pour la période 2016-2020.
La réunion a été marquée par la présence de ministres marocains, arabes et africains, ainsi que de représentants d’institutions internationales et d’un parterre de professionnels qui ont souligné l’importance des centres d’excellence dans la réussite de la lutte contre le changement climatique.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus