« La chanson douce » de Leila Slimani séduit : Le Goncourt à la clé…

0 105
Méfiez-vous des titres, ils peuvent vous prendre de court. Comme l’a fait « La chanson douce » égrenée par Leila Slimani qui est à son deuxième roman, après son premier essai « Dans le jardin de l’ogre ». C’est avec ce récit chroniquant un infanticide que la romancière franco-marocaine a pu rafler le très convoité Prix Goncourt attribué jeudi à Paris. Leïla Slimani, née au Maroc, il y a 35 ans et dont le roman primé est d’ores et déjà un succès de librairie, succède au romancier Mathias Enard, sacré en 2015 pour son livre « Boussole ».
Histoire atroce et extrêmement bien construite, « Chanson douce » raconte l’assassinat de deux jeunes enfants par leur nourrice. « Il se dévore comme un thriller mais peut aussi se lire comme un livre implacable sur les rapports de domination et la misère sociale », selon le jury du Prix Goncourt Un sacre aussi pour Gallimard, il faut le rappeler.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus