Chômage: Une économie destructrice d’emplois !

0
La situation du marché du travail en 2016 telle que recensée par le Haut commissariat au plan a été marquée par la perte de 37.000 postes nets. Si le marché du travail a connu une hausse de 26.000 en milieu urbain, la perte subie en milieu rural a plafonné, elle, à 63.000. Le volume global de l’emploi est ainsi passé de 10.679.000 personnes en 2015 à 10.642.000 en 2016. Cette perte d’emploi est le fait de la création de 126.000 postes d’emploi rémunérés, dont 25.000 en milieu urbain, et la perte de 163.000 postes non rémunérés, en totalité enregistrés en milieu rural. Avec une baisse de 43.000 personnes, 45.000 en moins en milieu urbain et 2.000 en plus en milieu rural, le nombre de chômeurs est passé, entre 2015 et 2016, de 1.148.000 à 1.105.000 personnes. Entre ces deux périodes, le taux de chômage est ainsi passé de 9,7% à 9,4% au niveau national, de 14,6% à 13,9% en milieu urbain et de 4,1% à 4,2% en milieu rural. Dans ces conditions, la baisse du taux de chômage est l’expression d’un recul du volume de chômage (-3,7%) plus important que celui de l’emploi (-0,4%). Les baisses les plus importantes du taux de chômage ont été relevées parmi les adultes âgés de 35 à 44 ans (-0,7 point) et les détenteurs d’un diplôme (-0,4 point) qui restent, cependant, respectivement 135.000 et 854.000 chômeurs. Le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans a, toutefois, enregistré une hausse de 1,7 point au niveau national, 2 points en milieu urbain et 1 point en milieu rural, portant leur volume à 392.000 au niveau national, 283.000 dans les villes et 109.000 dans les campagnes. Le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi a augmenté, entre 2015 et 2016, de 1.154.000 à 1.202.000 personnes au niveau national, de 533.000 à 556.000 personnes dans les villes et de 621.000 à 646.000 dans la campagne. Le taux de sous-emploi est ainsi passé de 10,8% à 11,3% au niveau national, de 9,9% à 10,2% dans les villes et de 11,8% à 12,4% dans la campagne. Au niveau national, le taux de sous-emploi des hommes (13,1%) représente plus que le double de celui des femmes (6,2%). En milieu urbain, ce taux (10,3%) est presque égal à celui des femmes (10,1%), alors qu’en milieu rural, il est environ cinq fois plus important (16,6% contre 3,8%).

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus