Coface: Le Royaume maintien sa notation et ses bonnes perspectives !

0
La compagnie d’assurance pour le commerce extérieur (Coface) vient de rendre public ses évaluations du risque pays. Le Maroc, en tête d’Afrique du Nord, maintien ainsi sa note A4 « une notation ‘‘convenable’’ inchangée en matière de risque d’impayés des entreprises », alors que l’Egypte, l’Algérie et la Tunisie encourent un ‘‘risque assez élevé’’. L’Espagne est reclassée également en A3. Au-delà de cette notation, l’assureur a aussi mis à jour son appréciation de l’économie du pays qui devrait voir sa croissance nettement s’accélérer en 2017. Rejoignant les pronostics des différentes institutions internationales et nationale, la Coface estime que la bonne campagne agricole de 2017 devrait permettre un net accroissement du PIB agricole, alors que l’activité non agricole devrait poursuivre sur un rythme de croissance modéré dans la continuité de ce qui a été observé en 2016. Le secteur manufacturier devrait bénéficier de la hausse de l’investissement productif observée en 2016 qui s’est matérialisée par une augmentation de la production de biens d’équipements. Le secteur de l’automobile bénéficierait de la timide reprise en Europe, de même que celui des phosphates qui devrait enregistrer de meilleures performances qu’en 2016 dans un marché mondial moins tendu. La croissance dans les services serait plus mitigée, l’activité des services marchands et des communications restant soutenue en réponse à une demande des ménages dynamisée par une hausse du crédit et une augmentation des transferts des résidents marocains à l’étranger. L’inflation resterait modérée et permettrait à la banque centrale de mettre en place une politique de ciblage de l’inflation qui s’accompagnerait d’une réforme de flexibilisation du régime de change à partir du second semestre 2017. S’agissant des finances publiques, l’assureur ampute la baisse du déficit public à la diminution des dépenses courantes et par une augmentation des recettes publiques, notamment la hausse des recettes douanières et de la fiscalité domestique. Après s’être contracté en 2016, le déficit public continuerait de diminuer en 2017. Pour la Coface, la croissance économique conjuguée à une meilleure collecte de l’impôt favoriserait les recettes. Pour ce qui est du ratio dette publique sur PIB qui est resté élevé en 2016, il devrait diminuer en 2017 : « la consolidation des finances publiques et une meilleure gestion de l’endettement conduiraient en effet à une inflexion de la trajectoire de la dette ». En 2017, ajoute la Coface, le Maroc continuerait de bénéficier de la faiblesse des cours des hydrocarbures lui permettant, ainsi, de conserver un déficit énergétique réduit, bien que légèrement en hausse par rapport à 2016. La légère reprise européenne conforterait la progression des exportations des secteurs automobile et aéronautique. La balance des services serait excédentaire grâce aux performances attendues du secteur des télécommunications, bien qu’encore contrainte par les perspectives en baisse du secteur du tourisme. Les IDE devraient maintenir leur niveau de progression en 2017. Le secteur bancaire demeurerait profitable et bien capitalisé. La hausse des créances douteuses se poursuit dans le secteur textile, l’immobilier et le transport maritime, mais elles restent bien provisionnées. Le crédit devrait continuer à stimuler l’investissement de manière modérée en 2017 avec une reprise attendue des crédits aux entreprises.
Enfin l’assureur conclut sa note avec l’obligation qu’a le Royaume, dans le but de préserver son attractivité vis-à-vis des investisseurs étrangers, de poursuivre les réformes permettant l’amélioration et l’assainissement du climat des affaires, notamment en ce qui concerne la simplification des procédures administratives liées à la promotion de l’investissement et la modernisation du cadre juridique.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus