The news is by your side.

Complexité du recouvrement : Le Royaume mal loti dans le 3ème indice d’Allianz Trade

0 98

Cet indice est un véritable outil d’aide à la décision pour les exportateurs, notamment en matière de marchés à cibler, dans un contexte de forte reprise des défaillances d’entreprises à l’échelle mondiale (+10% en 2022 et +14% en 2023), indique Allianz Trade dans un communiqué.

L’indice de complexité du recouvrement reflète à quel point il est difficile pour une entreprise de récupérer une créance impayée dans un pays donné. Il couvre 49 pays qui représentent 90% du PIB mondial et 85% des flux commerciaux internationaux. Cet indice est synthétisé par un score allant de 0 (recouvrement le moins complexe) à 100 (recouvrement le plus complexe). Ce score combine le jugement des experts Allianz Trade du recouvrement, actifs dans le monde entier, sur plus de 40 indicateurs concernant les pratiques locales de paiement, les procédures judiciaires locales en vigueur et les procédures collectives locales en vigueur.

Le top 10 des pays où le recouvrement est le moins complexe est composé uniquement de pays européens. La Suède (avec un score de 30), l’Allemagne (30) et la Finlande (32) sont les meilleurs élèves, avec des scores stables par rapport à la précédente édition. La Nouvelle-Zélande (12ème, avec un score de 36, +1 point vs 2018) est le premier pays non-européen, suivie par le Brésil (20ème, 43, stable).

A l’autre bout du classement, l’Arabie Saoudite (91, -3 points), la Malaisie (78, stable) et les Emirats Arabes Unis (72, -9 points) sont les pays où le recouvrement est le plus complexe. Malgré quelques améliorations notables en matière de procédures judiciaires, le recouvrement des impayés est 3 fois plus complexe en Arabie Saoudite qu’en Suède, en Allemagne et en Finlande.

Le Maroc se classe 39ème de l’indice de complexité du recouvrement, après le Togo et devant l’Inde, avec un score de 57 en légère baisse par rapport à la précédente édition. Ce score représente un niveau de complexité très élevé. En effet, le DSO moyen au Maroc reste élevé et le comportement de paiement des entreprises domestiques se dégrade avec des paiements s’effectuant entre 120 et 150 jours en moyenne. Le système judiciaire est un système à plusieurs niveaux qui reste sous influence et est critiqué pour son manque d’organisation, d’efficacité et de transparence. Par conséquent, engager une action en justice serait déraisonnable dans la plupart des cas alors que les jugements d’exécution seraient difficiles. En toutes circonstances, confier à des spécialistes du recouvrement avec une forte connaissance du marché local reste la démarche la plus judicieuse. Diverses procédures d’insolvabilité sont disponibles au Maroc, mais elles restent complexes, lentes et généralement inefficaces en matière de recouvrement de créances.

Le tableau des 10 principaux partenaires commerciaux du Maroc est hétérogène, les Pays-Bas (indice de complexité de 32), en quatrième position par exemple, et l’Inde (58) ayant des conditions mondiales comparables à celles du Maroc (57). Par ailleurs, l’exposition des exportateurs marocains à la complexité de la collecte internationale est élevée, avec un score similaire à celui des Pays-Bas ou de la Chine : parmi les 10 principaux partenaires commerciaux du Maroc, 5 pays ont un indice de complexité du recouvrement remarquable et deux pays obtiennent un indice très élevé : les États-Unis et l’Inde.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.