Conjoncture : L’étouffoir des ménages

0 110
Après les patrons, les ménages marocains développent, eux aussi, la sinistrose. Ainsi, le moral des ménages marocains est au plus bas. En cause, la conjoncture difficile que vit le pays depuis le début de l’année. Cette réalité est attestée par le Haut commissariat au plan (HCP) qui souligne, dans sa dernière enquête de conjoncture notifiée mercredi, la plongée abyssale de l’Indice de Confiance des Ménages, atteignant son plus bas niveau depuis 2008, année marquée au fer de la crise systémique mondiale.
L’indice a chuté de 5,5 points durant le premier trimestre 2016 comparativement au quatrième trimestre de 2015, et de 2,1 points par rapport au même trimestre de l’année 2015.
Le blues ressenti par les marocains est lié, en premier lieu, à leur perception du niveau de vie. «Les perceptions par les ménages de l’évolution passée du niveau de vie se sont détériorées de 9,1 points par rapport au trimestre précédent et de 8,8 points par rapport au même trimestre de l’année passée», selon le HCP.
Les perspectives d’évolution future du niveau de vie traduisent l’état d’esprit des ménages avec une détérioration de 6,1 points par rapport au trimestre précédent et de 5,4 points par rapport au même trimestre de l’année précédente. Le pessimisme ambiant n’épargne pas, non plus, le marché de l’emploi : 75% des ménages s’attendent à une hausse du nombre de chômeurs pour les 12 mois à venir contre 7,5% seulement qui pensent le contraire.
Quant à l’indice relatif à la situation financière, au premier trimestre de 2016, 59,2% des ménages considèrent que leurs revenus couvrent leurs dépenses et 34% d’entre eux déclarent s’endetter ou puiser dans leur épargne. Mais seuls 6,8% des Marocains affirment pouvoir épargner une partie de leur revenu. Le solde de l’indicateur relatif à la situation financière actuelle des ménages s’établit à un niveau négatif de -27,2 points, en dégradation de 1,5 point par rapport au trimestre précédent.

Quant aux perceptions des ménages sur l’évolution passée de leur situation financière personnelle, le solde d’opinion atteste d’une détérioration aussi bien par rapport au trimestre précédent (-8,9 points) qu’au même trimestre de l’année précédente (-0.4 point). Le regard des ménages porté sur l’évolution future de leur situation financière a connu une détérioration de 6,4 points par rapport au trimestre précédent et une amélioration de 1,1 point par rapport à un an auparavant.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus