Coopération sud-sud: Le modèle Marocain s’exporte

0 155

Dans le cadre des assises de l’agriculture et au vu des conventions signées, le Maroc continue d’affirmer sa vocation africaine. En témoigne l’accord de coopération le liant au Swaziland, autre monarchie du continent. L’entente qui s’inscrit dans le cadre de la coopération sud-sud permettra au Maroc d’accompagner le développement agricole de ce nouveau  partenaire comme ce fut le cas pour d’autres pays du continent noir.  En effet, le Maroc a toujours veillé à consolider et prioriser ses relations avec les pays du Sud et tout particulièrement avec ceux du continent africain. Ce  choix de s’orienter vers le continent africain comme partenaire stratégique dépasse le simple choix politique et se concrétise par des actions concrètes sur le plan socio-économique. Convaincu du potentiel de synergies entre les pays du Sud et de disposer, à travers le Plan Maroc Vert, d’un modèle de développement du secteur agricole pertinent, le Maroc a développé des opportunités de coopération bilatérales et triangulaires autour de projets de développement axés sur le partage du savoir et de l’expertise  marocaine. Cette  nouvelle dynamique de coopération dans le domaine agricole a été scellée par la conclusion de plusieurs accords et conventions de partenariat avec les pays Africains pour partager les expériences, identifier les défis communs, esquisser les orientations futures et discuter des opportunités de coopération. Le Maroc s’est également engagé dans la mise à disposition des pays africains, à travers la FAO, d’un fonds fiduciaire doté d’un minimum d’un million de dollars pour la période 2014-2020 en faveur du développement agricole dans la région. Du côté subsaharien, un bon nombre de dirigeants africains ont affirmé leur désir de s’inspirer du modèle marocain. Ainsi, le président guinéen Alpha Condé a formulé une demande directe de mise à disposition savoir-faire du Maroc en matière de développement agricole. De son côté, le Gabon a fait appel au cabinet Valliance Consulting qui a participé à l’élaboration du PMV pour la conception de son propre plan de développement agricole. En Côte d’Ivoire, on estime que l’expertise marocaine peut contribuer à faire de ce pays une puissance agricole mondiale. Et cerise sur le gâteau, le SIAM qui focalise l’attention, devrait s’exporter « clé-en-main » pour permettre à des pays africains de mieux valoriser leur potentiel agricole.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus