COP 22 : Le Maroc ratifie l’accord de Paris et se prépare pour accueillir sa COP

Le Royaume a rejoint les 59 autres pays qui ont déposé leurs instruments de ratification de l’Accord de Paris. En effet, en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération et Président de la COP22, Salaheddine Mezouar, a déposé les instruments de ratification du Maroc de l’accord issu de la précédente COP lors d’un événement de haut niveau organisé par le Secrétaire Général Ban Ki-moon qui a vu la participation de Patricia Espinosa, Secrétaire Générale de la CCNUCC, Ségolène Royal, Présidente de la COP21 et Salaheddine Mezouar, Président de la COP22. Tous les trois étaient à côté du Secrétaire Général des Nations Unies à la tribune de la salle plénière des Nations Unies. En tant que pays hôte de la 22ème Conférence des Parties à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), le Maroc a apporté sa ratification portant le nombre de pays qui ont adhéré à l’Accord de Paris à 60, égalant 47.62% des émissions mondiales de gaz à effets de serre. Pour rappel, et afin que l’Accord de Paris puisse entrer en vigueur, 55 pays représentant au moins 55% des émissions mondiales doivent déposer leurs instruments de ratification auprès des Nations Unies. Si les plus grands pollueurs, Chine et Etats-Unis, ayant déjà déposé leurs instruments de ratification avant le Sommet des dirigeants du G20 le 3 septembre dernier, il ne manque que 8% des émissions mondiales pour passer le seuil de 55% requis pour l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris. En ayant déposé ses instruments, le Maroc envoie un message fort à la communauté internationale quant à la mise en œuvre de l’Accord de Paris qui fera de la conférence de Marrakech la COP de l’action. Dans cette perspective, le Président de la COP22 qui tenait une conférence de presse en marge de l’Assemblée Générale pour informer les médias internationaux sur les préparatifs et les enjeux de la COP22, a exposé les priorités de la conférence de Marrakech qui serait « une conférence pour l’action pour les pays les moins avancés, particulièrement les pays insulaires qui sont les premiers impactés par les effets du changement climatique. » Les négociations qui se dérouleront pendant la COP22 seront principalement centrées sur les sujets de la finance climat, et particulièrement ceux liés à la levée de 100 milliards de dollars par an pour financer les projets d’adaptation et d’atténuation. Les travaux de la Conférence se pencheront également sur l’agenda de l’action, les outils d’aide pour les pays en développement, ainsi que le transfert de technologie et la mobilisation des pays qui n’ont pas encore ratifié l’Accord de Paris : « la COP22 sera une occasion pour renforcer la confiance en l’avenir et le point de départ de l’application de l’Accord de Paris». La dimension africaine de la COP de Marrakech constituera également un sujet majeur a fait savoir S.Mezouar pour qui « l’Afrique est l’une des régions les plus affectées par le changement climatique, et celle qui a le plus besoin d’assistance et de soutien financier pour renforcer ses capacités d’adaptation ». En ce qui concerne les préparatifs de la COP22, le Président du comité de pilotage a précisé que la ville de Marrakech était prête à accueillir la conférence. Pour rappel, le Royaume a organisé quatre Side event, le premier sur le thème du Renforcement des capacités et sur la création d’un réseau de Centres d’Excellence sur le Changement climatique, le deuxième a porté sur l’Initiative pour l’Efficacité Energétique enfin 3e et 4e Side Events, ont porté sur le Financement innovant de l’Adaptation et sur l’Adaptation au changement climatique dans les États vulnérables.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus