The news is by your side.

Coronavirus: Les bourses mondiales voient rouge ! 

0 172

Dans la foulée de la débâcle historique des Bourses mondiales du jeudi, les places financières de la planète subissent encore de lourdes pertes ce vendredi, face à la progression inexorable de la pandémie du coronavirus faisant redouter une récession mondiale.  

 Influencées par les restrictions annoncées par le président américain Donald Trump ainsi que par le maintien des taux de la Banque centrale Européenne, les bourses asiatiques, qui avaient déjà démarré leur séance dans le négatif, ont terminé dans le rouge, à l’image de la Bourse de Tokyo qui connaissait jeudi sa pire chute en séance depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima en mars 2011. Son indice vedette Nikkei a ainsi brièvement plongé de plus de 10% à l’ouverture de la séance du vendredi  (-10,06% à 16.691,98 points), tandis que l’indice élargi Topix sombrait de 9,38%.

Les deux indices perdaient respectivement 7,97% et 7,2% à la pause de mi-séance. Les Bourses chinoises chutaient aussi vendredi en matinée, mais moins que Tokyo. A Hong Kong l’indice Hang Seng chutait de 5,06% à 23.709,51 points, tandis qu’en Chine continentale l’indice composite de la Bourse de Shanghai lâchait 2,67% à 2.845,55 points et celui de la place de Shenzhen 2,62% à 1.770,96 points. 

Dans les salles des marchés asiatiques, l’humeur étant à l’affolement après l’annonce par D. Trump de restrictions de voyages depuis l’Europe (sauf la Grande-Bretagne) vers les Etats-Unis pour 30 jours pour éviter de nouvelles contaminations dues au coronavirus,  la panique a motivé tous les investisseurs dans leur ruées vers la vente. Car restrictions de voyages signifient moins d’activité économique mondiale.

Pour ce vendredi 13, et partout en Europe, les indices accéléraient en début d’après-midi, regagnant une partie du terrain perdu la veille. A Paris, le CAC 40 bondissait d’environ 8%, au lendemain de la pire chute de son histoire. Francfort, Londres et Madrid suivaient la même trajectoire et à Milan la tendance était même encore plus forte: jusqu’à +17%, une hausse équivalente à l’effondrement de la veille. Wall Street a également rebondit vivement à l’ouverture: le Dow Jones de 5,84% et le Nasdaq de 5,67%.

Il faut dire qu’hier Jeudi, Milan, Paris et Madrid avaient enregistré les pires plongeons de leur histoire, avec jusqu’à 17% de perte, tandis que Londres et New York alignaient leur pire séance depuis le krach de 1987. Les secteurs du transport aérien et du tourisme sont frappés de plein fouet. Sur le marché marocain, la Bourse de Casablanca a bouclé la séance du Jeudi dans le rouge, ses deux principaux indicateurs Masi et Madex, perdant respectivement 6,7% et 6,84%. 

Une tendance qui s’est prolongée ce vendredi, puisque les deux indices qui démarrait la journée en cédant respectivement 1,36% et 1,39%, baissaient encore à la mi-journée à 10.436,40 points pour le Masi alors que le Madex reculait à 8.484,17 points. 

Reprise des cours de pétrole  

De leur côté, les cours du pétrole reprenaient des couleurs ce vendredi. Ils avaient encaissé lundi leur pire chute en près de 30 ans, en plongeant d’environ 25% après l’échec de discussions entre les producteurs du Golfe, au premier rang desquels l’Arabie Saoudite, et la Russie pour réduire la production, ce qui a conduit Ryad à déclencher une guerre des prix. 

Les prix avaient franchement rebondi mardi, Moscou ayant esquissé un petit geste d’ouverture envers les Saoudiens, pouvant ouvrir la voie à un accord mondial sur la production. Mais les cours sont repartis à la baisse mercredi après que le géant saoudien Aramco eut indiqué qu’il envisageait d’inonder les marchés mondiaux d’or noir. Jeudi, ce sont les annonces de la Maison blanche qui ont envoyé les cours dans le rouge. Vers  13H10 GMT ce vendredi, le baril de brut américain WTI gagnait 5,56% à 33,25 dollars, pendant que le baril de Brent de la mer du Nord prenait 5,72% à 35,12 dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.