Un coup d’état en Algérie ?

0
Des sources dignes de foi affirment que le Président algérien, Abdelaziz Bouteflika, aurait été transféré, sous escorte militaire, du Palais Al-Mouradia au siège des services secrets algériens à Ben-Aknoun. Le chef de l’Etat algérien, ainsi que son frère Saïd, assimilé au « faiseur des rois » en Algérie depuis que son ainé a été physiquement diminué, seraient logés dans l’ancien antre de Rab Aldjazaïr», le général Toufik, ex-patron du puissantissime et défunt DRS. Un tel déplacement soulève nombre de questions à l’heure où l’Algérie vit une période des plus troubles de son histoire avec un impasse démocratique à laquelle se greffe une gestion chaotique d’une économie tirant sa quintessence de la rente des hydrocarbures. Désormais hôte du système sécuritaire algérien, épine dorsale de la nomenklatura militaro-affairiste que dirige Gaid Salah, des observateurs de la scène algérienne assimilent un tel développement à un coup d’état militaire qui ne dit pas son nom. La préparation de la relève du « clan Bouteflika » par le système algérien se veut « soft » pour empêcher tout dérapage sécuritaire vers l’inconnu. Affaire à suivre…

 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus