Dans la course aux supercalculateurs, la Chine distance

0 57
La Chine compte désormais plus de supercalculateurs que les Etats-Unis : 167 contre 165. Une prouesse dans l’histoire de la course à la puissance de calcul informatique qui confère à Pékin un avantage stratégique . C’est le Berkeley National Laboratory qui arbitre cette course affrénée à la puissance de calcul. Dans ce coude-à-coude qui penche en faveur de la Chine, il y a lieu de relever que les ingénieurs chinois superperforment avec une machine baptisée « Sunway TaihuLight » qui revendique une puissance de 100 pétaflops. Pour le commun des mortels, ladite machine peut effectuer 100 millions de milliards de calculs par secondes et tourne jusqu’à 10 fois plus vite que Titan, le plus puissant des supercalculateurs américains. Plus, ce monstre chinois est doté d’un processeur 100 % « made in China », ce qui tranche avec la tradition qui voulait que les supercalculateurs chinois soient équipés de puces américaines. L’enjeu dépasse la seule performance technique pour se placer dans la case du stratégique. Gestion des réseaux électriques, conception ultra-rapide des modèles d’avion, calcul des prévisions météo… Voilà autant de domaines dans lesquels agissent ces gigantesques calculateurs. La prouesse des Chinois est digne d’intérêt puisqu’il ne leur a fallu que 15 ans pour égaler et dépasser les maitres du « big data ».

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus