The news is by your side.

Course à la présidence de la CGEM: Le décompte commence…

0 207

Depuis Errachidia où Miriem Bensalah Cheqroun a présidé mardi 6 février un conseil d’administration de l’organisation patronale, le dernier de son mandat, le calendrier lié au processus de renouvellement des instances élues de la CGEM a été fixé.

Ainsi, le 12 mars le dépôt des candidatures démarrera pour s’achever le 13 avril. Le 18 avril, une réunion sera provoquée pour la validation des candidatures et permettre le démarrage, le lendemain, de la campagne devant départager les candidats en lice. Et c’est au cours de l’AGE du 22 mai que le nouveau « Patron des patrons » sera connu.

L’affaire n’est pas anodine puisque les enjeux liés au renouvellement des instances de la Confédération patronale concernent aussi bien le monde des affaires que le monde politique. On comprend dès lors les raisons qui font que le renouvellement du bureau, du conseil d’administration et de la présidence du Patronat tiennent en haleine les milieux d’affaires et les milieux politiques.

Si Miriem Bensalah Chaqroun, première femme à avoir brigué ce poste, s’est imposée à la tête d’un patronat devenu désormais incontournable, quid de son successeur ?

Les regards restent, certes, braqués sur l’AGE du 22 mai 2018. Toutefois, force est de souligner que les têtes d’affiche qui se succèdent depuis des lustres à la tête du Patronat ont brisé les liens avec une bourgeoisie fassie qui faisait naguère la pluie et le beau temps. Même la coloration politique ne représente plus « une ligne rouge » qui calme les ardeurs des prétendants au couronnement à la tête de la CGEM.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.