The news is by your side.

Craintes diffuses en Israël : Lorsque l’érosion de la dissuasion fait enrager les militaires

0 170

Dans les milieux militaires israéliens, il n’y a pas de jour qui passe sans que des aveux de faiblesse de la dissuasion de l’occupant. L’érosion se poursuit au point que des voix dissonantes laissent entendre que le régime israélien n’est pas prêt à entrer dans aucune nouvelle guerre. Tout récemment, deux brigadiers généraux de réserve de l’armée israélienne ont exprimé leur profonde inquiétude quant au renforcement des mouvements de résistance palestinien Hamas, et libanais Hezbollah, sans manquer de parler de la République islamique d’Iran.

Dans une interview avec la chaîne 13 de télévision israélienne, Zvika Fogel, général de brigade réserviste, a exprimé ses inquiétudes en soulignant que « l’Iran est sur le point de devenir une puissance nucléaire ; le Hamas et le Hezbollah aussi ne cessent de se renforcer ; tandis que nous nous leurrons en nous disant que la situation est plutôt calme. Nous ne nous rendons apparemment pas compte que les Israéliens ne peuvent plus se sentir en sécurité. Nous avons fait preuve de négligence envers la région de Néguev, tandis que sur le font Nord, non plus, nous ne pouvons pas nous déplacer facilement. » Et d’ajouter que les Israéliens sont «tous les jours giflés par la réalité. Plus de 10 000 missiles du Hamas et 160 000 missiles du Hezbollah sont braqués sur Israël ; et nous savons tous que ces missiles ne sont pas là pour rouiller dans les stocks. Ils vont devoir être tirés un jour en direction d’Israël. Au lieu de répéter des menaces de guerre ou des propos rassurants sur le calme ou la disposition de nos forces armées, nous avons intérêt à nous soucier de notre avenir… »

Kobi Marom, également officier israélien de haut rang auprès de la force de réserve israélienne, a reconnu, à l’antenne de la chaîne 12 de la télévision israélienne, que le mouvement de résistance palestinien Hamas l’a remporté face à Israël sur tous les plans, ce qui éveille, selon lui, l’exigence pour le régime israélien de changer de politique. « Face au Hamas, la guerre sur le plan de l’opinion publique n’est pas moins importante que la confrontation militaire ; alors que les Israéliens ne peuvent pas se sentir en sécurité, le Hamas s’occupe, sans gros problème, de reconstruire des zones endommagées au cours de guerres cette dernière année dans la bande de Gaza », a-t-il précisé.

Sur la même chaîne de la télévision, Amos Yadlin, ancien patron du renseignement militaire israélien, a évoqué pas plus tard que dimanche dernier  les grands et sérieux défis auxquels est confronté le régime israélien, en se focalisant sur la peur des sionistes de l’Iran et du Hezbollah.

Rappelons qu’en 2000 et 2006, le régime sioniste a tenté d’occuper le Liban en s’appuyant en vain sur une soi-disant suprématie de son armée de l’air avant de réaliser qu’il était incapable de contrer les missiles du Hezbollah. Une fois la guerre de juillet terminée, Tel-Aviv a réalisé que le Hezbollah libanais a renforcé ses arsenaux de missiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.