The news is by your side.

Crise libyenne: Les Africains veulent mettre fin au chaos…

22
C’est à Brazzaville, capitale congolaise, que Denis Sassou Nguesso a décidé de convoquer, ce vendredi 27 janvier, un mini-sommet sur la situation libyenne, en sa qualité de président du comité de haut niveau de l’UA sur la Libye. Un sommet auquel prendraient part quatre autres présidents le Tchadien Idriss Déby Itno, le Nigérien Mahamadou Issoufou, le Sud-Africain Jacob Zuma et le Mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz. Le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal et le commissaire Paix et Sécurité de l’UA, Smaïl Chergui, étaient également de la partie.
« Nous voulons rassembler tous les protagonistes libyens importants », a de son côté expliqué Smaïl Chergui, en marge du sommet de l’UA à Addis-Abeba. Reconnu par la communauté internationale mais éprouvant toutes les peines du monde à asseoir son autorité en Libye, le chef du gouvernement d’union nationale (GNA), Fayez al-Sarraj, se rendra à Brazzaville où son rival, le maréchal Khalifa Haftar, n’était pas attendu.
À la suite de cette réunion, le Président Sassou Nguesso se rendra au sommet de l’UA pour remettre un rapport. Il devrait notamment être décidé d’inclure les pays limitrophes de la Libye dans le comité de haut niveau de l’UA pour unifier les discussions africaines sur cette crise. Réunis au Caire le 21 janvier en compagnie de Martin Kobler, envoyé spécial de l’ONU, Ahmed Aboul Gheit, secrétaire général de la Ligue arabe et Jakaya Kikwete, envoyé spécial de l’UA en Libye, les ministres des Affaires étrangères de la Libye, de la Tunisie, de l’Égypte, du Soudan, du Tchad et du Niger avaient déjà milité pour une approche régionale de la résolution de la crise.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :