The news is by your side.

Crise libyenne : Les pays voisins contre toute intervention étrangère

15
Réunis, mercredi 19 octobre 2016 à Niamey au Niger, les pays voisins de la Libye militent pour une résolution interne du conflit. « Pas d’ingérence extérieure, pas de solution militaire, l’inclusivité. Nous demandons à ce gouvernement d’être inclusif, de tendre la main à ceux qui ne sont pas dedans » indique Pierre Buyoya, représentant de l’Union africaine.
Tous les représentants de cette 9e réunion ministérielle des pays voisins de la Libye ont été unanimes sur le refus d’une intervention extérieure. Ils demandent donc au gouvernement de Fayez al-Sarraj de se rapprocher du Parlement de Tobrouk à l’Est du pays. Et réclament une armée unifiée avec un gouvernement central. « L’absence ou le retard dans le règlement de la crise en Libye servent le terrorisme et ses connexions » souligne Abdelkader Messahel, ministre des Affaires maghrébines de l’Union africaine et de la Ligue arabe.
Les ministres des six pays ont appelé « les Etats et les organisations qui veulent contribuer à une sortie de crise, de tenir compte de leur évaluation, de leur position et de leurs vues dans la conduite de toute initiative » comme l’indique le communiqué publié à la fin de cette réunion de Niamey. En clair, les voisins de la Libye( Algérie, Tunisie, Egypte, Niger, Tchad et Soudan ainsi que les représentants de la mission d’appui des Nations unies en Libye, la Ligue arabe et l’Union africaine)., se trouvant en première ligne face à l’instabilité du pays, souhaiteraient être plus impliqués dans les décisions de l’Onu et de la communauté internationale la concernant.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :