Crise politique au Gabon : L’Union africaine de la partie !

0 108
La tension persiste au Gabon après la réélection contestée d’Ali Bongo à la présidentielle. Pour tenter de débloquer la situation, l’Union africaine se dit prête à envoyer une délégation de « haut niveau ». L’initiative a été annoncée dans un communiqué du président tchadien, Idriss Déby, président en exercice de l’organisation. Il souhaite envoyer une délégation de chefs d’Etat africains et de représentants de l’UA et des Nations unies « dès que les conditions pour une visite seront établies ». Une délégation « de haut niveau » devrait donc arriver au Gabon « dans les plus brefs » délais pour tenter de jouer les bons offices.Selon le porte-parole de l’Union africaine des consultations sont en cours sur la composition exacte de la délégation, qui sera appuyée par la CEEAC et les Nations unies, et aussi pour définir les contours exacts de cette mission.
Le porte-parole du gouvernement gabonais s’est déclaré en faveur de cette proposition : « Le président Ali Bongo accepte l’arrivée de cette délégation à Libreville d’autant plus que le président Ali Bongo a des éléments légitimes à faire valoir. Et dans les traditions africaines, on ne refuse pas l’arrivée de quelqu’un. Il se propose de venir apporter sa pierre au retour au calme. Ce que nous attendons est que la voix du Gabon soit entendue et que la voix de la légalité constitutionnelle soit entendue et respectée ».
La même attitude est observée au niveau du camp de l’opposition. « Si la mission peut faire entendre raison à Ali Bongo pour qu’il se plie aux résultats des urnes, ce serait l’idéal pour notre pays, explique Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, le porte-parole du camp Jean Ping. Nous regardons avec beaucoup d’optimisme l’arrivée de cette mission. Si c’est une médiation, elle n’aura de sens que si elle permet de respecter les suffrages des Gabonais. »
La question des recours devant la Cour constitutionnelle se pose. La date limite de dépôt, c’est ce jeudi. Le camp d’Ali Bongo compte présenter des recours sur des fraudes dans certains bureaux de vote. Côté opposition, le camp de Jean Ping demande toujours et avant tout le recomptage des bulletins avec une nouvelle réunion de la Commission électorale. La situation reste complexe…

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus