Crise syrienne : De Lausanne à Londres, les réunions se multiplient

0 93
Une nouvelle réunion internationale pour tenter de trouver une solution à la guerre en Syrie se tiendra dimanche à Londres, en présence du secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a annoncé le département d’Etat US. Cette réunion, probablement avec des homologues européens du ministre américain des Affaires étrangères, aura lieu au lendemain d’une première rencontre consacrée au conflit syrien, samedi à Lausanne (Suisse), entre John Kerry et son homologue Russe Sergueï Lavrov, entourés de ministres de pays arabes, et qui avait déjà été annoncée hier par Moscou.
Ces deux rendez-vous interviennent à l’heure où le dialogue bilatéral américano-russe sur la Syrie est officiellement «suspendu» depuis le 3 octobre.
L’objectif affiché de Washington reste l’obtention d’un cessez-le-feu à Alep. Alors que Moscou a tenté, via le Conseil de sécurité, d’obtenir le même résultat en épousant la thèse de Di Mistura, diplomate onusien en charge de la crise syrienne, consistant en un départ des combattants de divers groupes djihadistes de la région Est d’Alep où ils usent de la population civile comme d’un bouclier humain…
A Washington, John Kirby, porte-parole du département d’Etat, affiche une grande prudence en soulignant ne pas vouloir « promettre que cela va aboutir à une nouvelle approche, un nouveau cadre, un nouveau programme. Mais le secrétaire d’Etat va dans ces réunions pour tenter d’obtenir un cadre qui aboutisse vraiment à la cessation des hostilités, et tout aussi important, la reprise de l’assistance humanitaire. »
Ni la Russie ni les Etats-Unis ne confirment la présence de l’Iran, allié du président Bachar el-Assad, à cette reprise du dialogue à Lausanne. Téhéran a d’ailleurs vite fait d’annoncer qu’elle ne comptait nullement y prendre part. Mais le chef de la diplomatie russe, lors d’un entretien à la télévision américaine, a cité la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar, des soutiens de l’opposition syrienne, comme éventuels participants à cette première réunion.
Ira-t-on vers une quelconque solution négociée à l’heure où l’armée syrienne part à la reconquête de terrains perdus par les « rebelles » ?

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus