D. Trump charge Pékin en l’accusant de barrer sa réélection par la pandémie !

Alors que les États-Unis ont franchi mardi le cap du million des cas de Covid-19, Donald Trump, s’en est à nouveau pris à la Chine, estimant qu’elle aurait dû alerter plus tôt la communauté internationale et que Pékin fait tout ce qui est «en son pouvoir» pour l’empêcher de remporter un second mandat.

0 58
D.Trump charge Pékin

Dans une interview accordée à Reuters depuis la Maison-Blanche, Donald Trump a affirmé que la gestion de l’épidémie de Covid-19 par la Chine prouve qu’elle «fera tout ce qu’elle peut» pour l’empêcher d’être réélu en novembre prochain.

Selon lui, la Chine aurait dû alerter plus tôt la communauté internationale des dangers liés au coronavirus, ce qui aurait pu éviter la profonde récession dans laquelle est actuellement plongée l’économie américaine mais qui met aussi en péril son nouveau mandat. 

«Nous avions la plus forte économie de l’Histoire», a-t-il signalé avec nostalgie, ajoutant qu’il envisageait différents outils économiques pour contraindre la Chine à subir les conséquences des actions à l’origine de la crise du coronavirus.  «Il y a beaucoup de choses que je peux faire», a révélé le Président qui reste convaincu que Pékin veut que son rival démocrate, Joe Biden, sorte gagnant de la course à la présidentielle. «La Chine fera tout ce qu’elle peut pour me faire perdre cette course», a-t-il indiqué.

De l’avis de D. Trump, la prochaine élection ne sera pas un référendum sur sa gestion de la crise du Covid-19, mais un référendum «sur beaucoup de choses». «Cela va être un référendum sur tout ce que nous avons fait et (le coronavirus) en fera certainement partie, mais nous avons fait du super boulot».

Les États-Unis restent le pays le plus touché par le Covid-19 avec 61.000 décès pour 1.040.488 cas enregistrés, selon le comptage jeudi 30 avril de l’université Johns Hopkins.

Après les nouvelles menaces de représailles lancées par l’hôte de la Maison Blanche à Pékin qu’il juge responsable pour la propagation du coronavirus, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Geng Shuang, a réagi en remettant les pendules à l’heure. Pour ce responsable chinois, c’est bien le Covid-19, et non pas son pays, qui était l’ennemi de l’humanité entière. «En ce qui concerne la question de la responsabilité, nous avons déjà dit plus d’une fois que le virus est l’ennemi commun de toute l’humanité. La Chine est également une partie affectée, et non un « complice du virus »», a commenté le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang. Il a ajouté que la communauté internationale devait s’unir pour surmonter la situation actuelle.

 

Dans une récente interview accordée à Reuters, le Président américain a déclaré qu’il envisageait diverses options pour que la Chine subisse les conséquences de la crise sanitaire actuelle. «Je peux faire beaucoup de choses», a-t-il assuré, ce qui a provoqué une réaction rapide de la diplomatie chinoise.

 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus