Daech et le mythe du califat : Dans la galaxie d’Al-Qaida

0 61

Daech et Al-Qaida, deux sigles du terrorisme djihadiste, ne représentent en fait que les deux facettes d’une seule et même pièce. Telle est la conviction d’Alexandre Del Valle, géopolitologue et enseignant des relations internationales à l’Université de Metz et chercheur associé à l’Institut Choiseul.

« Le mythe du califat a été transporté par des salafistes depuis des décennies, depuis l’époque des Frères musulmans, soit depuis les années 70. De plus, celui qui a commencé à lancer l’idée du califat sans vouloir l’appliquer tout de suite, mais qui en parlait systématiquement, est Oussama Ben Laden. Celui-ci a contribué à ancrer l’idée de la résurrection du califat », rappelle A. Del Valle. Mais le géopolitologue nuance en soulignant « la différence » entre les deux nébuleuses terroristes. « Al-Qaïda était une nébuleuse déterritorialisée qui consacrait sa lutte à des ennemis précis, tandis que l’Etat islamique veut à la fois attaquer l’ennemi lointain et l’ennemi proche tout en appliquant à la lettre ce que Ben Laden disait, sans jamais le faire, c’est-à-dire faire renaître le califat. L’Etat islamique est donc la continuité d’al-Qaïda, et même sa suite logique, car celle-ci n’avait pas que pour but de lutter contre les communistes puis contre les «croisés», mais voulait également rétablir le «véritable» califat pour permettre au «vrai» islam de régner et d’éliminer les autres formes d’islam. »
Aux yeux de cet analyste, « l’Etat islamique n’a pas non plus éliminé l’idée d’attaquer l’ennemi lointain, occidental. La différence d’avec al-Qaïda est que Daech pense qu’on peut à la fois attaquer l’ennemi proche et l’ennemi lointain. Ainsi, on aura des kamikazes qui continueront à frapper car ces deux organisations, malgré leurs différences en termes de territorialisation, ont pour but premier d’éliminer les «mauvais» musulmans (chiites, laïcs etc) et d’établir une certaine lecture de la charia dans tous les pays musulmans. Deuxième objectif pour l’EI : une fois que cet Etat islamique sera établi dans les pays arabes, il faudra partir à l’assaut du monde(…) L’idée du califat est de réislamiser tous les pays arabes et de les placer dans une même organisation en faisant voler en éclats les frontières, puis, ensuite, d’attaquer l’ensemble du monde non-islamique. D’où l’importance des attentats dans les pays occidentaux, qui n’ont pas pour but uniquement de faire plier des gouvernements qui interviendraient contre des musulmans, cela est un prétexte, mais surtout de créer une sidération. » Une thèse développée dans son livre « Le Chaos syrien » : « sidérer les populations et les gouvernements ennemis, afin de leur faire tellement peur qu’ils anticipent le danger en se rendant(…) C’est d’ailleurs ce que veut rétablir aujourd’hui l’essentiel de la famille djihadiste en tuant les «mauvais» musulmans et les ennemis directs de l’islam, ceux qui bombardent au Moyen-Orient (Etats-Unis) ou y occupent des terres (Israël), mais aussi de répandre l’islam au reste du monde.» Remontant dans l’Histoire musulmane, le géopolitologue rappelle que la mission du calife consiste à « répandre la bonne parole et lancer l’assaut lorsque l’infidèle, dûment averti, refuse de se convertir. N’oublions pas qu’il s’agissait d’un djihad offensif, or le calife aujourd’hui répète souvent la phrase des califes Abbassides : sa mission est de diriger la communauté des croyants selon la charia et, en même temps, d’aller obliger les autres nations infidèles à se soumettre à l’islam et à la charia. » Si Al-Qaida est « une organisation assez tribale, arriérée et même vieux-jeu, l’Etat islamique, lui, mène le «djihad 2.0». Daech a lancé le djihad sur FaceBook, Twitter, avec des vidéos utilisant trois ou quatre caméras avec plusieurs angles, des productions hollywoodiennes, presque des jeux de rôle suscitant l’adhésion de manière très moderne. » Et c’est bien là où réside son danger, la « starmania » nourrissant l’hydre saguinaire.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus