Dans le dossier des « contractuels », S. Amzazi se défausse sur les Régions

Le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Formation professionnelle et de la Recherche scientifique, Said Amzazi, a confirmé lundi 4 janvier que les enseignants ayant rejoint le ministère dans le cadre du recrutement par contrat de travail, dits « contractuels », font partie intégrante du système de l’éducation et de la formation au Maroc.

0
Dans le dossier des « contractuels », S. Amzazi se défausse sur les Régions

En réponse à une question du groupe Istiqlalien de l’unité et de l’égalitarisme à la Chambre des représentants sur la poursuite des grèves des enseignants contractuels et ses répercussions sur l’année scolaire en cours, S. Amzazi a annoncé que son ministère, depuis mars 2019, a mis fin à l’ère des contrats, indiquant que «le recrutement régional a été établi en adoptant le statut régional».

À cet égard, le ministre de l’Éducation nationale a indiqué qu’au cours du mois de mai 2019, un dialogue a été lancé avec les parties concernées dans le but de régler le statut de ses enseignants, soulignant qu’il y a une similitude avec les fonctionnaires du ministère de l’éducation nationale, avec deux points inclus dans les les discussions, à savoir la mobilité nationale.

Sur ce dernier point, le ministre a révélé que dans le cadre de l’indépendance des académies régionales (AREF), il a été proposé d’élaborer une procédure spéciale d’échange entre académies en cas de situations exceptionnelles, tandis que pour le deuxième point lié à la pension, il a précisé qu’elle est en négociation dans le cadre du dialogue avec les parties concernées, et qu’il y a un travail en cours avec le ministère des Finances pour régler cette situation dans les plus brefs délais

Le groupe Istiqlalien a par ailleurs insisté sur le fait que malgré la fin du système de recrutement par contrats en faveur de l’emploi régional, les enseignants dits « contractuels » sont toujours en grève rappelant que le Parti de l’Istiqlal était contre le recrutement par contrat que le gouvernement a décidé d’adopter.

Le groupe d’opposition à la Chambre des représentants a souligné la nécessité d’écouter ce groupe d’enseignants et de résoudre ses problèmes, dont le principal est la question de la retraite, car ce problème est vivement soulevé, en plus de celui de la mobilité , soulignant qu’il n’est pas possible de parler d’éducation sans s’occuper de cette catégorie d’enseignants qui est aujourd’hui en souffrance.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus