Dans le dossier des sachets en plastique, l’USFP monte au créneau

0 46
« Si la loi 15-77 (relative à l’interdiction des sacs en plastique) est appliquée sans tenir compte de l’aspect social, des droits des investisseurs, des distributeurs et des salariés du secteur, elle portera gravement préjudice à plus de 100. 000 familles qui vivent de cette activité qui génère un chiffre d’affaires de 5 milliards de dirhams ». C’est ce qui découle de l’intervention du premier secrétaire de l’USFP lors d’une journée d’étude organisée en compagnie de la Coordination nationale du secteur du plastique jeudi dernier au siège du parti à Rabat. Cette rencontre qui a vu une forte participation des professionnels, venus des quatre coins du pays, a été une occasion pour remettre en cause la démarche gouvernementale à l’aune des perspectives environnementales et des réalités sociales.

Partant de ces considérations l’USFP, selon son premier secrétaire, appelle à l’accompagnement de ces catégories sociales dans la perspectives de la reconversion d’un secteur d’activité névralgique. Et ce, par l’ouverture d’un dialogue sérieux avec elles en vue d’écouter leurs propositions et parvenir à des solutions qui prennent en compte l’aspect social à même de sauvegarder les droits des salariés, toutes catégories confondues (fabricants, travailleurs et distributeurs).
Tout en indiquant que son parti « n’est pas contre le projet de loi interdisant les sacs en plastique ou tout autre projet de réforme en mesure de hisser le pays au rang des pays développés sur tous les niveaux et en particulier en ce qui concerne le domaine de l’environnement », D.Lachgar s’est opposé à une application « violente » par le gouvernement de la loi en question. Il a invité le gouvernement à s’inspirer des expériences internationales dans ce domaine qui ont pu trouver une solution à ce problème environnemental en observant des phases transitoires pour l’application de ces lois.

La fin des travaux de cette journée d’étude à été marqué par la restructuration organisationnelle du secteur en choisissant un représentant pour chaque ville et dont la coordination à l’échelon national est assurée par Mohamed Derouich et Mohamed Aabrat.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus