Des signaux radio répétitifs enfin traqués: Périodicité intrigante !

0 21
Des signaux radio répétitifs enfin traqués: Périodicité intrigante !

Un radiotélescope canadien a enregistré, de septembre 2018 à octobre 2019, un signal venant de l’espace. Des astrophysiciens s’interrogent sur son origine.

Ce n’est ni la première fois, ni probablement la dernière, que des signaux radio en provenance de l’espace sont repérés par des astrophysiciens. En juillet 2017, l’observatoire Arecibo, de Porto Rico, avait déjà intercepté des « bruits » émis d’une zone de l’espace correspondant à l’emplacement d’une étoile, baptisée Ross 128 et située à 11 années-lumière de la Terre. Les experts du laboratoire américain Search for Extraterrestrial Intelligence (SETI), qui traquent les signaux électromagnétiques dans l’espace dans l’espoir d’y découvrir la preuve d’une présence de vie extraterrestre, avaient à l’époque expliqué que cet étrange phénomène était probablement lié à une éruption solaire, un phénomène assez commun sur les naines rouges, doublé d’une interférence avec un satellite…

L’enregistrement d’un nouveau signal radio rapide ou « fast radio bursts » (FRB) dans la terminologie de la Nasa interpelle aujourd’hui la communauté scientifique. L’objet a été repéré, la première fois en septembre 2018, par le radiotélescope du Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment (Chime), inauguré dans l’ouest canadien l’année précédente. Le 13 février dernier, un article publié par des chercheurs canadiens du département de physique et d’astronomie de l’université de Colombie-Britannique, a révélé que ce signal était composé d’une répétition prévisible de séquences, trop régulières pour être totalement fortuites. L’analyse des enregistrements, réalisés entre le 16 septembre 2018 et le 30 octobre 2019, a été signée par plus de 70 chercheurs des universités de Colombie-Britannique, de Montréal et de Toronto, au Canada, mais aussi de Morgantown et de Cambridge aux USA.

Ce signal radio que les astrophysiciens qualifient d’extragalactique provient de la bordure d’un immense amas d’étoiles situé à quelque 500 millions d’années-lumière de la Terre : une zone dénommée FRB 180916.J0158 + 65, à défaut d’avoir été baptisée du nom de ses découvreurs. « Il apparaît sur nos capteurs de manière très intense pendant quatre jours, avant de disparaître pour douze jours. Ce qui forme un cycle de seize jours, qui se répètent », relèvent les signataires de cette communication scientifique. Les chercheurs ne peuvent, à ce stade, fournir aucune explication du phénomène, mais ils estiment que cette périodicité est « un indice important de la nature de cet objet. »

Ils poursuivent aujourd’hui leurs travaux pour tenter de comprendre l’origine de cette émission. Personne ne se risque encore à évoquer l’hypothèse d’une intelligence extraterrestre.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus