Détournements à la CNSS : A. Slimani blanchi

0 70
La Cour d’appel de Casablanca a rendu son verdict relatif au dossier de la CNSS, à l’issue d’un procès qui a duré cinq ans.
Les prévenus poursuivis dans le cadre de cette affaire scabreuse où des fonds ont été détournés ne sont pas des illustres inconnus. En effet, il s’agit entre autres de Abdelmoughit Slimani, gendre de Driss Basri et ex-président de la communauté urbaine de Casablanca et Rafiq Haddaoui, ex-ministre et ex-directeur général de la CNSS. Mais au-delà de ces têtes d’affiche, il faut rappeler que le procès concernait aussi quelque 28 personnes dont des employés de la caisse, des syndicalistes et des responsables et la Cour d’appel de Casablanca devait statuer sur le détournement de 150 MDH des caisses de la CNSS.
A. Slimani condamné, en première instance, à rembourser à l’Etat 140 MDH a été acquitté alors que R. Haddaoui a écopé d’une peine de 4 ans avec sursis, soit la même peine que celle prononcée en première instance. 10 autres accusés ont été acquittés, deux autres ont été condamnés par contumace à 2 ans de prison, un non lieu a été prononcé au profit de deux détenus décédés au cours du procès.
Les condamnés ont décidé de faire appel du jugement, leurs avocats ayant toujours soutenu la thèse que le rapport de la Commission d’enquête était davantage politique que financier et que, en conséquence, il ne pouvait être considéré comme preuve d’accusation.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus