The news is by your side.

DiCaprio en défenseur de la Planète : Conjurer le déluge !

10
Diffusé dimanche dernier en simultané dans le monde entier et traduit en 45 langues, le documentaire coproduit par Leonardo DiCaprio entend alerter sur les conséquences du changement climatiques. L’osacrisé de février dernier (pour The Revenant), film dont le tournage a été parasité par l’absence de neige a choisi de camper le rôle de défenseur de la planète bleue en proie à son pire cauchemar (le déluge !), le réchauffement climatique. Réalisé par Fisher Stevens et coproduit par DiCaprio, Before the Flood a été diffusé en simultané, dimanche dernier, dans le monde entier et restera disponible sur la plateforme Dailymotion jusqu’au 5 novembre. L’ambassadeur du climat cherche par dessus tout à alerter la planète sur le danger que lui fait courir le changement climatique. Guide et spectateur alarmé à la fois, la star interroge le  » mode de vie occidental » et « propose des solutions à la portée de tous ».
Ce n’est pas la première fois que Leonardo DiCaprio fait don de sa célébrité pour défendre la cause écologique, chère à son coeur. En avril, l’acteur avait prononcé un grand discours devant l’Assemblée générale des Nations unies, quatre mois après la COP 21, à laquelle il avait d’ailleurs participé.
Ambassadeur de bonne volonté auprès de l’ONU sur les questions environnementales depuis 2014, Leonardo DiCaprio a investi son propre argent dans le rachat puis la restauration d’une petite île au large du Belize, dégradée par la pêche intensive, l’érosion et la déforestation. Pour la réparer, la star y a fait construire un complexe hôtelier éco-responsable, selon le New York Times.
Sa fondation, créée en 1998 après une rencontre avec Al Gore (à l’époque vice-président des Etats-Unis), investit pour promouvoir ses idées écologiques et conserver la biodiversité (6 millions de dollars investis en 2014 pour lutter contre la pêche intensive et la protection des tigres du Népal). La même année, l’équivalent de 23 millions d’euros ont été levés par sa fondation pour sauvegarder les derniers sites sauvages de la planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :