Donald Trump s’épanche dans la presse européenne: Otan, une alliance obsolète ?

0
« Bild » et « The Time », voilà les deux titres européens auxquels le nouvel homme fort de l’Amérique a choisi de réserver, en primeur, ses déclarations. Pour exprimer, loin de la rhétorique convenue, ses critiques à l’endroit du Vieux Continent et de sa sécurité. Donald Trump a qualifié l’Otan d’organisation « obsolète », reprochant à ses Etats membres de ne pas payer leur part de la défense commune et de se reposer sur les Etats-Unis. « J’ai dit il y a longtemps que l’Otan avait des problèmes. En premier lieu qu’elle était obsolète parce qu’elle a été conçue il y a des années et des années », a jugé le Président américain dans l’interview accordée au quotidiens allemand et britannique.
« En deuxième lieu, les pays (membres) ne payent pas ce qu’ils devraient », a ajouté Donald Trump, dans une référence au fait que peu d’Etats de l’Alliance atlantique atteignent le niveau de 2% de leur Produit intérieur brut pour les dépenses militaires, qui est l’objectif que s’est fixé l’Otan en 2014. « Nous devons protéger ces pays mais beaucoup de ces pays ne paient pas ce qu’ils devraient », a ajouté le président américain, « ceci est très injuste à l’égard des Etats-Unis». « Il n’y a que cinq pays qui paient ce qu’ils doivent, cinq ce n’est pas beaucoup », a-t-il critiqué. Le président élu américain a aussi dit avoir qualifié l’Otan d’obsolète « parce qu’elle ne s’est pas occupée du terrorisme ». Ces faiblesses mises à part, « l’Otan reste à mes yeux très importante », a néanmoins souligné le président élu, selon Bild. Les critiques du président élu risquent de renforcer les craintes des alliés des Etats-Unis sur la politique qui sera suivie désormais par Washington. Durant sa campagne pour l’élection présidentielle, Donald Trump avait suscité l’inquiétude en particulier des pays d’Europe de l’Est proches de la Russie, en paraissant remettre en cause l’obligation de solidarité entre pays de l’Otan en cas d’agression. Il avait dit qu’il réfléchirait à deux fois avant d’aider un pays de l’Otan si les Etats-Unis ne devaient pas être « raisonnablement remboursés » pour leur soutien.
Par ailleurs, le président élu a également estimé que la chancelière allemande Angela Merkel avait commis « une erreur catastrophique » en ouvrant les frontières de son pays aux réfugiés.
Le président élu américain Donald Trump a aussi prédit que le Brexit serait « un succès » et annoncé qu’il voulait conclure « rapidement » un accord commercial avec le Royaume-Uni. « Nous allons travailler très dur pour (qu’un tel accord) soit conclu rapidement et dans les règles. Bon pour les deux parties », a souligné Donald Trump.
Ces propos tranchent avec ceux de son prédécesseur Barack Obama, qui avait lui annoncé que le Royaume-Uni se retrouverait au bout de la file d’attente pour conclure des accords commerciaux avec les Etats-unis si jamais il quittait l’UE. Donad Trump estime également que « d’autres pays vont quitter » l’Union européenne en suivant l’exemple de Londres, en raison de la crise migratoire.
– Le président élu Donald Trump a averti que les Etats-Unis imposeraient un tarif douanier de l’ordre de 35% sur les véhicules que le constructeur allemand BMW compte fabriquer dans une nouvelle usine au Mexique et exporter de là vers le marché américain.
Il a fait cette déclaration dans une interview au journal allemand Bild, qui a diffusé dimanche des extraits traduits en allemand.
Une porte-parole de BMW a déclaré que l’usine du constructeur allemand à San Luis Potosi au Mexique fabriquerait des véhicules de la BMW Série 3 (voitures berlines et coupés) à partir de 2019, destinés au marché mondial. Cette usine viendra compléter les sites de production de la BMW Série 3 en Allemagne et en Chine.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus