The news is by your side.

Dossier de Tiran et Sanafir: Pas de rétrocession à Riyad

11
La Haute cour administrative égyptienne a tranché en appel sur le sort de deux îles de la mer Rouge : Tiran et Sanafir. Le président Abdel Fattah al-Sissi comptait les rétrocéder à l’Arabie Saoudite au prétexte qu’elles n’avaient été que confiées par Ryad au Caire en 1950 pour assurer leur protection. Mais désavoué par la population sur le sujet, cette décision présidentielle (consécutive à l’annonce d’un prêt saoudien de 21,5 milliards de dollars) avait été annulée en juin 2016 par le Conseil d’Etat avant que le gouvernement ne fasse appel pour subir une nouvelle déconvenue de la part du tribunal administratif en novembre 2016. La décision de l’annulation de la rétrocession des îles de Tiran et Sanafir a été confirmée par la Haute cour administrative, lundi 16 janvier 2017. Ce qui donné lieu à des scènes de liesse populaire au Caire.
Les deux îles (Tiran 80 km² et Sanafir 33 km2) inhabitée jouissent d’une situation géopolitique stratégique entre la péninsule du Sinaï et la péninsule arabique. Ce qui cadre, selon les experts égyptiens, avec les missions dévolues à la flotte méridionale égyptienne en charge d’assurer la sécurité de Bab Al-Mandab au Canal de Suez.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :