The news is by your side.

Double attentat à Al-Qods occupée : Les certitudes israéliennes ébranlées

0 107

La première explosion, à l’entrée de la ville, a ciblé une station de bus qui accueille de nombreux soldats israéliens. La charge dissimulée dans un sac a explosé en pleine heure d’affluence. Juste après, une deuxième déflagration a été signalée à un carrefour au nord de la ville, à proximité d’un quartier situé au-delà de la ligne verte. Au moins une personne a été tuée, a indiqué à l’AFP une porte-parole de la police. L’homme, qui n’a pas été identifié dans l’immédiat, avait été grièvement blessé dans l’une des deux explosions, qualifiées d’« attaques » par la police. Il a succombé à ses blessures à l’hôpital de Shaare Zedek.

Selon la police israélienne, il pourrait s’agir d’un attentat combiné. Les enquêteurs se penchent sur la technologie utilisée par les auteurs de cette double explosion pour essayer de comprendre si les deux bombes sont de fabrication artisanale ou s’il a été fait usage d’explosifs et de détonateurs de niveau militaire.

Cela fait des années que cette technique d’attentats n’avait pas été utilisée. L’état d’alerte général a été déclenché pour retrouver les auteurs de ces attaques qui, mercredi en fin d’après-midi, n’avaient toujours pas été revendiquées.

À Gaza, le Hamas s’est félicité de cette opération de résistance. Itamar Ben Gvir, député d’extrême droite et futur ministre de la Police, s’est rendu sur place alors que Yaïr Lapid, Premier ministre israélien a convoqué une réunion d’urgence avec les chefs des services de sécurité à la mi-journée au QG de l’armée israélienne à Tel-Aviv. Le ministre israélien de la Défense a, par ailleurs, écourté sa visite à Washington après ce double attentat qui a secoué les sécuritaires israéliens qui tablaient sur la réussite de leur tactique d’endiguement de la révolte palestinienne qui prend de l’ampleur.

Qualifiant cette double opération de « spéciale », le Jihad islamique a déclaré que « cette opération bénie dans la ville d’al-Qods occupée est la riposte naturelle à l’occupation, à son terrorisme et à ses exactions criminelles à l’encontre de notre peuple désarmé.
« Cette opération dit aux dirigeants de l’occupation et aux chefs des colons que toutes les politiques de votre gouvernement ne vous protègeront pas des frappes de la résistance de notre peuple. Toutes les opérations de judaïsation, toutes les perquisitions dans les lieux saints et toutes les agressions perpétrées contre notre peuple à al-Qods, al-Khalil, Jénine et Naplouse ne resteront pas impunies », ajoute le mouvement de résistance.

« Cette opération est un message à l’extrémiste Ben Gvir qui va occuper le portefeuille de sécurité dans le prochain gouvernement », a laissé entendre Khodor Adnane, leader du Jihad islamique.
Ténor de l’extrême droite, I. Ben Gvir a appelé dès mercredi les autorités de l’occupation à mener des « assassinats ciblés » de personnes soupçonnées de terrorisme.

Du côté du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP), « l’agression de l’occupation sera affrontée avec plus de fermeté, de confrontation et de courage, et en élargissant la zone d’engagement partout sur la terre palestinienne ». Alors que le Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP), a déclaré que « les crimes de l’occupation, la terreur de ses colons, la profanation de la terre et du peuple, la judaïsation de Jérusalem, l’exécution des citoyens, l’intimidation des militants pacifiques et toutes les autres mesures agressives destinées à terroriser notre peuple ne pourront le décourager de poursuivre sa lutte et sa résistance. »

« Cette opération est une riposte aux crimes de l’occupation israélienne à l’encontre du peuple palestinien, sa terre et ses sacro-saints », a pour sa part félicité le Comité de la résistance en Palestine qui voit en « l’opération héroïque d’al-Qods » une « nouvelle gifle au système sécuritaire et militaire sioniste et une confirmation que tous nos résistants héros possèdent les capacités d’exécuter des opérations de qualité et de frapper l’ennemi avec force à tout moment et partout ».

Ahmad Ghonem, dirigeant du Fatah, a pour sa part, affirmé que « l’occupation devrait comprendre que la lutte se poursuivra jusqu’à la fin de l’occupation ».

Durant l’année en cours, l’armée d’occupation israélienne a mené plus de 2.000 raids en Cisjordanie occupée et tué plus de 125 palestiniens, bilan le plus lourd depuis sept ans, relève l’ONU.

Dimiter Tzantchev, ambassadeur de l’Union européenne auprès d’Israël, s’est déclaré, lui, « horrifié par les attaques terroristes ». « J’exprime mes condoléances les plus sincères aux familles des victimes (…). Le terrorisme n’est jamais justifié », a-t-il écrit dans un communiqué cité par l’AFP.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.