The news is by your side.

Droits humains: Amnesty International tance le Maroc

0 57

Le Maroc en prend pour son grade auprès d’Amnesty International. L’ONG s’attaque aux autorités marocaines pour la «répression» des personnes qui critiquent la monarchie, les institutions et les fonctionnaires.

L’ONG dénonce la «nouvelle vague d’arrestations et de poursuites arbitraires contre des individus, dont un journaliste, des rappeurs et des Youtubers», arrêtés pour leurs critiques envers des responsables ou des institutions.

L’organisation affirme avoir documenté les cas d’au moins dix militants qui ont été «illégalement soumis à des arrestations, des interrogatoires et des peines sévères» depuis novembre.
«Les dix individus ont été accusés d’avoir « offensé » des fonctionnaires ou des institutions publiques, tous des crimes relevant du Code pénal marocain», indique Amnesty qui dénonce les dispositions qui criminalisent la liberté d’expression dans le Code pénal.
«Les autorités devraient abandonner les charges et libérer toutes les personnes poursuivies et condamnées pour avoir simplement exercé leur droit à la liberté d’expression; et cesser d’utiliser les dispositions archaïques du Code pénal pour criminaliser la liberté d’expression», note Heba Morayef qui chapeaute la direction régionale de la région Moyen-Orient/Afrique du Nord (MENA) d’Amnesty International.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.