Education inégalitaire: L’Atlas de la faillite

0 87

Triste score que celui que le Maroc enregistre au niveau de la scolarisation de ses enfants. La durée moyenne de scolarisation figure parmi les plus faibles au monde. Dans certaines communes, cette durée ne dépasse pas une année. « La scolarisation de la population marocaine âgée de 15 ans et plus a une durée moyenne de 5 années et 6 mois, c’est-à-dire moins que les six années d’études primaires. » C’est ce qui résulte de l’Atlas territorial des disparités en éducation 2017, présenté ce 24 mai par l’Instance nationale d’évaluation (INE).
Le Maroc piétine s’il ne recule pas là où les trois quarts des pays du monde « dépassent largement le seuil de 6 années, voire plus de 12 années pour les quinze premiers pays. » Rien de plus normal que de voir le Royaume occuper la 136 ème place parmi 175 pays !
En comparaison avec les pays arabes, le Maroc fait mieux que la Mauritanie (4.83), le Yémen (4.29) ou le Soudan (3.60). Cependant, il est loin derrière la Jordanie (10.02), les Emirats arabes unis (9.25) et la Palestine (9.12). Classé dixième sur les treize pays arabes recensés, le Maroc n’a pas de quoi être fier.
A quoi peut-être imputable cette contre-performance ? L’INE pointe dans ce cadre notamment la faible proportion de la population ayant atteint le niveau supérieur. En 2014, elle s’établissait à 8,5%. Un pourcentage comparable à la valeur enregistrée dans la région MENA en 2000, et inférieure à celle affichée pour les pays développés au début des années soixante-dix.
L’Atlas s’est intéressé au positionnement du Maroc en termes d’égalité des chances dans l’accès à l’éducation. L’INE s’est ainsi référé à l’indice de Gini de l’éducation. Une valeur de l’indice de Gini proche de «0» indique l’absence totale d’inégalité dans l’éducation au sein de la population tandis qu’une valeur proche de «1» dévoile un niveau d’inégalité maximale. Pas de quoi flatter le génie marocain puisque le Royaume occupe la 150ème place au niveau mondial, avec un indice relativement élevé (0.55).
Cet Atlas renseigne, pour la première fois, sur les disparités et les inégalités dans l’éducation en se référant au nouveau découpage régional et administratif adopté en 2015.
Avec une moyenne d’années de scolarisation (7.08) et pour l’indice de Gini de l’éducation (0.45), la région de Laayoune-Sakia El Hamra se positionne au premier rang au niveau national.
En revanche, la région de Marrakech-Safi se place en dernière position. Le niveau d’éducation moyen s’y établit à 4.76 années en moyenne. Avec un indice de Gini calculé à 0.58, la région est la plus inégalitaire en terme d’accès à l’éducation.
L’Atlas souligne que seules 7 communes réalisent une moyenne d’années de scolarisation variant de 9.8 à 12.1 années. Il s’agit des communes d’Agdal (Fès), Assoukhour Assawda et El Maarif (Casablanca), Harhoura (Skhirate-Témara), Hassan, Souissi, et Agdal Riyad (Rabat).
En réalité, « le niveau d’éducation de la commune d’Agdal Riyad se compare au niveau de pays développés comme l’Islande, la Géorgie ou l’Estonie », indique l’INE. Une situation qui tranche avec celle observée dans certaines communes où la moyenne d’années de scolarisation ne dépasse guère une année. Il est question de Tahelouante, Assais (Essaouira), Bouabout Amdlane (Chichaoua), Oulad Ali Mansour (Tétouan), Bouchaouene (Figuig) et Oulad M’hammed (Taourirt).
Quid de la disparité territoriale et de la discrimination positive ?
L’Atlas des disparités en éducation classe les communes en trois catégories: «très déficitaire», «déficitaire», «légèrement déficitaire» et «non déficitaire», qui contiennent 225, 453, 451 et 409 communes respectivement, représentent 6%, 13%, 16% et 65% de la population âgée de 15 ans est plus.
« Ce qui implique que le ciblage des deux premières catégories (au nombre de 678 communes, dont le niveau moyen d’éducation est inférieur à 3.19) se résumerait en fait à améliorer l’accès à l’éducation d’une tranche de la population ne dépassant pas 19% des 15 ans et plus » », analyse l’INE.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus