Éligibilité du président et des membres du Comité Exécutif de la CAF : Flagrants conflits d’intérêts…

A la veille de l’Assemblée Générale de la CAF, prévu mars prochain au Maroc, le  processus électoral à la CAF s’est avéré miné par de flagrants conflits d’intérêts.

0
Éligibilité du président et des membres du Commission d’éthique de la CAF : Flagrants conflits d’intérêts…

La Commission de Gouvernance de la CAF a beau examiner l’éligibilité des candidats à la présidence et au membre du Comité Exécutif de la CAF en renvoyant à la Commission de Gouvernance de la FIFA de décider des candidatures au Conseil de la FIFA.

En retenant que deux candidatures à la présidence du Comité Exécutif de la CAF, deux autres candidatures en stand bye, la Commission de Gouvernance de la CAF n’est pas compétente. A l’instar des autres confédérations continentales de football, l’examen de l’éligibilité des candidats est du ressort de la Commission de Gouvernance de la FIFA.

Les conflits d’intérêts à la CAF sont même d’ordre statutaire. D’ailleurs,  le cabinet d’audit qui avait été diligenté par la FIFA avait soulevé le problème de la séparation des pouvoirs dans la Gouvernance de la CAF mais le Malgache Ahmad Ahmed,  suspendu par la Commission d’éthique de la FIFA, ne l’a pas entende cette oreille. Même le projet ‘’Transform CAF 2021’’, initié par l’ex-secrétaire général de la CAF , le Marocain Mouad Hajji, et adopté par le Comité Exécutif de la CAF à Doha le 14 février de l’an dernier, a été torpillé par Ahmad Ahmed .

Le cabinet d’audit ‘’PwC » a beau recommander la refonte des statuts pour les mettre en conformité avec les statuts de la FIFA et ‘’d’introduire une séparation claire des pouvoirs entre les organes législatif, exécutif et judiciaire ‘’.

En vertu de l’article 44 des statuts de la CAF, la Commission de Gouvernance de la CAF doit soumettre les résultats de la validation des candidatures au Comité Exécutif dont les membres sont eux-mêmes candidats ! Dès lors,  le principe de l’indépendance et de la neutralité est altéré. Ce qui enfreint l’alinéa ‘’i » de l’article 23 des statuts de la FIFA qui dispose qu’il faut ‘’ éviter les conflits d’intérêts dans toute prise de décision ‘’.

De deux choses, l’une : Soit la FIFA va annuler les décisions prises par la Commission de Gouvernance de la CAF et réexaminer toutes les candidatures par la Commission de Gouvernance de la FIFA,  soit la désignation d’un Comité de normalisation qui doit restructurer la CAF sur la base des recommandations consignées dans le rapport d’audit et tenir in fine l’assemblée générale qui dans la situation actuelle ne peut être tenue.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus