En perte de confiance, les ménages broient du noir 

 Après avoir traversé un dur confinement, les résultats de l’enquête permanente de conjoncture auprès des ménages, menée par le HCP, montrent que la confiance des ménages s’est fortement dégradée au troisième trimestre de 2020. L’indice de confiance des ménages enregistre son niveau le plus bas depuis le début de l’enquête en 2008.

0
En perte de confiance, les  ménages broient du noir ! 

Les marocains perdent pieds. L’indice de confiance des ménages (ICM), dont les composantes portent sur la perception par les ménages de l’évolution du niveau de vie, du chômage, de l’opportunité à effectuer des achats de biens durables et de leur situation financière, s’est établi à 60,6 points, au lieu de 65,6 points enregistrés le trimestre précédent et 74,8 points une année auparavant. 

Il s’agit-là du plus bas niveau jamais relevé depuis le démarrage de l’enquête, imputable à la persistance du sentiment de détérioration de leur présent et des perspectives, et ce à tous les niveaux. En effet, 55% des ménages déclarent une dégradation du niveau de vie au cours des 12 derniers mois, 25,6% un maintien au même niveau et 19,4% une amélioration. Le solde d’opinion sur l’évolution passée du niveau de vie est resté négatif, à moins 35,6 points, contre moins 24,8 points au trimestre précédent et moins 20,2 points au même trimestre de l’année passée. 

Pour ce qui est des 12 prochains mois, 41,5% des ménages s’attendent à une dégradation du niveau de vie, 34,3% à un maintien au même niveau et 24,1% à une amélioration. Le solde d’opinion relatif à cet indicateur atteint moins 17,4 points, en dégradation aussi bien par rapport au trimestre précédent que par rapport au même trimestre de l’année précédente où il enregistrait moins 11,4 points et moins 3,7 points respectivement. 

S’agissant de leur situation financière, 60,4% des ménages estiment que leurs revenus couvrent leurs dépenses, 35,6% déclarent s’endetter ou puiser dans leur épargne et 4,1% affirment épargner une partie de leur revenu. Le solde d’opinion relatif à la situation financière actuelle des ménages est resté ainsi négatif, à moins 31,5 points contre moins 30,0 points le trimestre précédent et moins 29,5 points une année auparavant. 

Quant à l’évolution de leur situation financière au cours des 12 derniers mois, 41,6% contre 7,6%des ménages considèrent qu’elle s’est dégradée. Le solde de cette perception reste ainsi négative, se situant à moins 34 points contre moins 27 points au trimestre précédent et moins 26 points au même trimestre de l’année précédente.  S’agissant de l’évolution de leur situation financière au cours des 12 prochains mois, 15,4% contre 27,3% des ménages s’attendent à une amélioration de leur situation financière. Le solde d’opinion de cet indicateur enregistre, encore une fois depuis le trimestre précédent, un niveau négatif en passant à moins 11,9 points contre moins 4,6 points un trimestre auparavant et 12,8 points un an auparavant.  

Quant à la sécurité de l’emploi,  87,1 % contre 5,1% des ménages s’attendent à une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois. Le solde d’opinion est resté ainsi négatif à moins 82 points contre moins 75,2 points un trimestre auparavant et moins 71,8 points un an auparavant. Une insécurité qui se matérialise par la quasi-absence de volonté de s’investir dans l’achat de bien durable. En effet, 74,3% contre 10,8% des ménages considèrent que le moment n’est pas opportun pour effectuer des achats de biens durables. Le solde d’opinion de cet indicateur s’est ainsi établi à moins 63,5 points contre moins 68 points le trimestre précédent et moins 37,7 points le même trimestre de l’année 2019.

Descente aux enfers !

L’enquête du HCP fournit également des données trimestrielles sur la perception des ménages relatives à d’autres aspects des conditions de vie. Il s’agit en particulier de la capacité des ménages à épargner et de  l’évolution des prix des produits alimentaires. Ainsi, seul 12,4% contre 87,5% des ménages s’attendent à épargner au cours des 12 prochains mois. Le solde d’opinion relatif à cet indicateur est resté négatif, à moins 75,1 points au lieu de moins 70,4 points au trimestre précédent et moins 64,4 points au même trimestre de l’année passée. 

Une capacité d’épargner qui s’érode devant la hausse constante des prix, notamment ceux des produits alimentaires. 75,4% des ménages déclarent que les prix des produits alimentaires ont augmenté au cours des 12 derniers mois contre une proportion minime des ménages (0,3%) qui ressentent leur diminution. Le solde d’opinion est ainsi resté négatif, à moins 75,1 points contre moins 67,6 points le trimestre précédent et moins 83,7 points une année auparavant. Au cours des 12 prochains mois, les prix des produits alimentaires devraient continuer à augmenter selon 68,8% des ménages contre 0,7 % seulement qui s’attendent à leur baisse. Le solde d’opinion est ainsi resté négatif, se situant à moins 68,1 points, au lieu de moins 69,0 points enregistrés un trimestre auparavant et moins 83,3 points une année passée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus