En quoi le confinement a du bon ?

Sous cloche, le pays a pu gagner des points non négligeables en termes de pollution atmosphérique. Dommage que le paramètre pollution sonore ait été écarté. 

0 3 988
En quoi le confinement a du bon ?

Une première étude avait mis en avant les taux de réduction « importants » des polluants atmosphériques et une amélioration « perceptible » de la qualité de l’air au Maroc, et ce, en raison de la baisse du trafic routier et aérien ainsi que l’arrêt de plusieurs activités industrielles.

Selon une nouvelle étude menée sur la ville de Salé par la Faculté des sciences de l’Université Ibn Tofail de Kénitra, le Centre national pour l’énergie nucléaire, la science et la technologie (CNESTEN) et le Laboratoire national des études et de surveillance de la pollution (LNESP), une baisse « spectaculaire » des niveaux de dioxyde souffre (SO₂), de dioxyde d’azote (NO₂) et de PM10 a été notée durant la période de confinement. 

Selon les conclusions de cette étude, une baisse spectaculaire des concentrations de NO₂ (de 5,6 à 0. 2 μg/m3) et de PM10 (de 114,6 à 28,3 μg/m3) a été enregistrée, correspondant à une variation de -96 % et -75%, respectivement. Pour les concentrations de SO₂, elles ont diminué de 3,2 μg/m3 (de 6,6 à 3,3 μ/m3), ce qui représente une baisse de -49 %. La variation la plus significative a été observée pour le NO₂, un indicateur commun de la pollution atmosphérique urbaine/activité industrielle.

Pour rappel, les recherches ont concerné la période avant (11 au 20 mars) et pendant le confinement (21 mars au 2 avril).

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus