The news is by your side.

Energies renouvelables : Intérêt royal

18
L’intérêt royal accordé au développement du secteur des énergies ne se dément pas. Ainsi, c’est au Palais Royal de Tanger, que le Roi a présidé une séance de travail consacrée au secteur énergétique et principalement au programme national de développement des énergies renouvelables. Une occasion mise à profit par le Souverain pour rappeler l’importance de ce grand projet qui permettra au Maroc d’atteindre une autonomie énergétique certaine et qui s’inscrit dans la Vision Royale de faire du Maroc un leader dans ce domaine. Il s’agissait aussi de faire le point sur la convergence institutionnelle et opérationnelle devant régir le secteur.
Au cours de cette séance de travail, le Souverain a pris acte de l’aboutissement du volet institutionnel, par la promulgation des nouvelles lois régissant MASEN, L’ONEE et L’ADEREE (Agence Nationale pour le Développement des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique), telles que publiées ce jour au bulletin officiel du Royaume.
Sur le plan opérationnel, il a été constaté que, conformément aux Hautes instructions Royales déclinées lors de la précédente réunion, les projets relatifs aux énergies renouvelables sont en cours de transfert effectif vers Masen.
Le Roi a pris connaissance des dispositions prises par les opérateurs et qui confortent l’objectif de porter la part des sources renouvelables dans le mix électrique national à 42 pc en 2020. Mais le Souverain a rappelé à cette occasion aux divers intervenants les objectifs qui leur ont été assignés à savoir de porter cette même part à 52 pc en 2030, ambition en vue de laquelle la programmation stratégique constituera la prochaine étape et qui traduira de manière significative les synergies escomptées dans ce secteur.
Ont pris part à cette importante réunion le chef de gouvernement Abdelilah Benkirane, les conseillers royaux Fouad Ali El Himma et Yassir Znagui, le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaid, le ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Abdelkader Amara, outre le directeur de l’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable, Ali Fassi Fihri, de la directrice de l’Office national des Hydrocarbures et des Mines, Amina Benkhadra, et du Président du Directoire de «Moroccan Agency for Sustainable Energy», Mustapha Bakkoury.
Mustapha Bakkoury a souligné, à la sortie de cette réunion, que l’objectif de porter la part des énergies renouvelables dans le mix électrique national à 42 pc serait atteint en 2020 en rappelant que les projets énergétiques de chacun des secteurs, solaire, éolien et hydraulique, sont sur la bonne voie. Cette réunion a été l’occasion de faire le point sur la bonne marche du secteur des énergies renouvelables, notamment après la mise en place d’un nouveau cadre institutionnel permettant plus de synergies entre MASEN, l’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable (ONEE) et l’Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ADEREE), ainsi qu’une meilleure complémentarité dans le développement des énergies solaire, éolien et hydraulique, a fait observer M. Bakkoury.
Ce nouveau cadre institutionnel permettra d’atteindre l’objectif fixé en 2020 et de se donner les moyens pour porter la part des énergies renouvelables dans le mix électrique national à 52 pc en 2030, a-t-il ajouté.
Cette réunion a également été l’occasion de suivre les Hautes orientations royales pour que les objectifs de 2030 fassent l’objet d’une programmation dans les prochains mois, mais aussi pour faire du secteur des énergies renouvelables un véritable levier de coopération avec certains pays amis, notamment ceux d’Afrique, a poursuivi M. Bakkoury.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :