The news is by your side.

Exclusif Antidopage: L’AMA s’apprête à exiger le code génétique…

0 144
Après le passeport biologique décrété depuis 2008, l’AMA (Agence Mondiale Antidopage) s’apprête à exiger des athlètes sélectionnés pour les Jeux Olympiques de déposer leur code génétique, rapporte le site « wired.com« .
Sur ce site,le journaliste Eric Niller souligné que « l’établissement d’une séquence génétique complète s’inscrirait dans la continuité du passeport biologique, créé en 2008, pour faire apparaître les variations de divers indicateurs, sanguins et hormonaux, et permettre ainsi de détecter les tricheries éventuelles, même en l’absence d’un contrôle anti-dopage positif. »
Les conseillers scientifiques de l’Agence Mondiale Anti-Dopage estiment qu’une bonne parade serait d’obtenir que les sportifs déposent leur code génétique complet, ou a minima, les segments contenant des gènes associés à la performance sportive.
Déjà avec le passeport biologique dévoilant des produits interdits voire des méthodes interdites , une centaine d’athlètes ont été suspendus de par le monde entier dont le Maroc.
Aujourd’hui, l’athlétisme marocain se construit sur des bases saines qui n’ont rien avec les pratiques de l’ancien système qui a avait sa stratégie sur le dopage.C’est d’ailleurs, le secret d’exploits individuels. Aujourd’hui, c’est à la nouvelle génération d’athlètes de démontrer qu’elle est capable de relever le défi à l’échelle planétaire sans recourir au dopage. C’est la leçon de la saison sportive dernière avec plus de 170 médailles à l’échelle internationale notamment les championnats du monde à Londres qui a vu la distinction de Soufiane El Bakkali sur le 3000 m steeple-chase.
Notons enfin que la Fédération Royale Marocaine d’Athlétisme est la seule fédération au Maroc qui a son propre programme national antidopage, financé par ses propres moyens. En attendant la promulgation des textes d’application de la loi antidopage, le ministre de la Jeunesse et des sports est vivement interpellé à exiger des fédérations sportives de disposer d’un programme en matière de lutte contre le dopage, une condition sine qua non pour cosigner la convention d’objectifs!
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.